Un dernier coup de collier contre la Grèce pourrait permettre à l’équipe de France de boucler ses qualifications à l’Euro-2024 par une huitième victoire en huit matchs, mardi à Athènes où Didier Deschamps a annoncé du changement.

La rencontre sera présentée dès 14h30 à TVA Sports.

La place de tête de série au tirage au sort du 2 décembre ayant été verrouillée par la raclée infligée à Gibraltar (14-0) samedi à Nice, il ne reste plus qu’un objectif comptable aux joueurs de Didier Deschamps: terminer sur un grand chelem.

Les Bleus l’ont déjà réalisé avant l’Euro-2004 sous la direction de Jacques Santini, dans un groupe où figuraient aussi la Slovénie, Israël, Chypre et Malte, avec 29 buts marqués pour 2 encaissés, et avant l’édition de 1992 avec Michel Platini au poste de sélectionneur, face à la Tchécoslovaquie, l’Espagne, l’Islande et l’Albanie (20 buts pour, 6 contre).

Pour l’instant les coéquipiers de Kylian Mbappé en sont à 27 buts pour et 1 seul contre, marqué par les Pays-Bas à Amsterdam (2-1).

La France de Raymond Kopa, Jean Vincent et Robert Jonquet avait aussi remporté tous ses matches sur la route du Mondial-1954, mais cela ne faisait que quatre sur quatre dans un groupe de trois avec l’Irlande et le Luxembourg.

«On sait que si on fait mieux que l’Argentine qui joue contre le Brésil, on terminera l’année premier au classement Fifa», ajoute Adrien Rabiot comme «petit défi».

Au-delà du symbole, les membres de la génération actuelle, largement renouvelés depuis la finale perdue de la Coupe du monde au Qatar (3-3, 4 t.a.b. à 2 pour l’Argentine), cherchent à conquérir une place dans les 23.

Deuxième sélection pour Samba

Deschamps a prévenu qu’il y aurait des changements par rapport au festival de Nice. «J’ai huit joueurs qui jouent vendredi soir», dit-il en faisant allusion aux matches PSG-Monaco et du Bayern Munich. «J’en tiens compte au maximum, mais j’ai une équipe à faire», prévient-il.

En attaque, il pourrait titulariser Randal Kolo Muani ou Olivier Giroud en pointe puisque Marcus Thuram a joué – et marqué son deuxième but en Bleu – contre Gibraltar, dans la valse à trois pour ce poste.

Le côté droit Jonathan Clauss-Kingsley Coman a été très efficace samedi soir à Nice, mais «DD» pourrait donner du temps de jeu à leurs concurrents directs, Jules Koundé et Ousmane Dembélé.

Le sélectionneur pourrait aussi modifier sa charnière, après avoir aligné Dayot Upamecano et Jean-Clair Todibo, le Niçois et régional de l’étape, samedi.

Enfin Deschamps a assuré que «Brice Samba sera gardien de but” pour sa deuxième sélection.

On ne reverra pas Warren Zaïre-Emery, rentré dimanche midi en avion à Paris après avoir été victime d’une entorse de la cheville droite en marquant son premier but dès sa première sélection, à 17 ans.

Ménager les Parisiens

Un autre Parisien, Lucas Hernandez, resté sur le banc contre Gibraltar, pourrait en revanche avoir du temps de jeu.

En l’absence de Zaïre-Emery, Khéphren Thuram espère connaître une deuxième sélection. La France pourrait alors évoluer pour la première fois en 905 matches avec deux paires de frères, si Théo et Lucas Hernandez jouent et que Marcus est aligné en même temps que Khéphren.

De leur côté, les Grecs non plus n’ont pas d’objectif comptable. Ils ne peuvent plus rejoindre directement l’Allemagne pour le tournoi continental (14 juin-14 juillet) et préparent d’ores et déjà les barrages.

Dans la voie C de la Ligue des nations, ils disputeront un mini-tournoi à quatre équipes avec la Géorgie, le Luxembourg et le Kazakhstan (qui peut encore se qualifier directement) ou l’Azerbaïdjan.

«Ce match doit servir de préparation avec beaucoup d’intelligence», assure à l’AFP le sélectionneur de la Grèce Gustavo Poyet, ancien partenaire de Didier Deschamps à Chelsea (1999-2000).

«Être humble et accepter la réalité: la France est largement meilleure que la Grèce. Mais il faut trouver une formule pour essayer de réduire cette différence de niveau», explique l’Uruguayen.

La France elle veut boucler une année presque parfaite, avec une seule défaite, en amical en Allemagne (2-1).



Voir la source