Le développement du jeune attaquant Juraj Slafkovsky dans le giron du Canadien se déroule trop lentement au goût de certains et l’âge du Slovaque offre quelques options à l’organisation montréalaise, mais son directeur général Kent Hughes refuse de se compromettre.

Premier choix du repêchage 2022 de la Ligue nationale de hockey (LNH), l’ailier de 19 ans a inscrit 15 points en 57 rencontres depuis ses débuts dans le circuit Bettman. Même si une blessure au genou a perturbé sa campagne 2022-2023, quelques personnes s’expliquent mal les performances en dents de scie du patineur ayant récolté deux buts et trois aides en 18 joutes cette saison.  

• À lire aussi: Le CH n’a pas progressé depuis la saison dernière

• À lire aussi: Cole Caufield et Claude Legault font équipe dans une pub savoureuse de McDo

Aussi, une participation de Slafkovsky au prochain Championnat du monde junior est-elle dans les plans du Tricolore? Avec la récente chute au classement de la troupe de l’entraîneur-chef Martin St-Louis et une possible exclusion de la course aux séries, il ne faut pas écarter ce scénario. 

«Quand nous arriverons au moment propice, nous effectuerons une évaluation. Je sais que des gens au Canada croient que chaque joueur devrait obtenir une chance de jouer au Mondial junior, qui peut servir de tremplin pour une carrière. [Toutefois], c’est seulement une semaine de hockey et je ne pense pas que juste cela forgera un joueur de hockey; c’est plutôt une vie de travail. Il reste que nous examinerons cela quand il le faudra», a déclaré Hughes au site sport.sk. 

À en juger les propos du DG, le Canadien laissera Slafkovsky poursuivre son parcours à Montréal si les résultats sont au rendez-vous. 

«Encore là, si pour une raison quelconque nous croyons qu’il y a une baisse de confiance et que cela constituerait une belle opportunité pour lui, nous l’analyserons», a-t-il ajouté. 

Laval? 

Au nombre des autres avenues envisageables, une rétrogradation au Rocket de Laval plus tard dans le calendrier régulier pourrait permettre au tireur de gaucher d’accumuler davantage de points et d’acquérir une dose de confiance accrue. Le CH se montrera néanmoins prudent dans ce dossier. 

«Je n’exclus aucune éventualité. Mais si nous décidons d’envoyer Juraj à Laval, ce sera simplement parce que nous pensons que c’est la meilleure étape possible pour son développement. Parmi quelques jeunes que nous avons cédés, une couple a été très efficace pour nous au camp d’entraînement, mais quand on les a transférés, on leur a dit : « nous pourrions constituer une meilleure équipe avec vous à Montréal, mais vous ne seriez pas de meilleurs joueurs en évoluant pour nous »», a commenté le dirigeant. 

«Si à un moment donné, nous considérons qu’un arrêt à Laval l’aidera à devenir à l’âge de 22 ans la meilleure version de lui-même, nous jetterons un coup d’œil à l’idée. Sauf que nous n’en sommes pas là», a-t-il enchaîné. 

À voir aussi : 





Voir la source