Une New-Yorkaise qui est décédée des suites d’un cancer des ovaires a réussi à récolter à titre posthume suffisamment d’argent pour effacer des millions de dollars de dettes médicales d’autres Américains. 

C’est dans un message publié sur les médias sociaux que le mari de Casey McIntyre a annoncé le décès de sa conjointe et ce qu’elle avait accompli.

«Note à mes amis: si vous lisez ceci, je suis décédée. Je suis vraiment désolée, c’est de la foutaise et nous le savons tous. La cause était un cancer des ovaires de stade quatre», a-t-il été publié le 14 novembre dernier sur X.

«Pour célébrer ma vie, je me suis arrangée pour racheter la dette médicale des autres et la détruire. J’ai beaucoup de chance d’avoir eu accès aux meilleurs soins médicaux au Memorial Sloan Kettering Cancer et je suis tout à fait consciente que tant de personnes dans notre pays n’ont pas accès à de bons soins», a-t-il été expliqué.

Pour réussir, la femme de 38 ans avait lancé une levée de fonds sur la plateforme de l’organisation à but non lucratif RIP Medical Debt. En date de mardi, près de 573 500 $ étaient déjà récoltés.

RIP Medical Debt utilise l’analyse des données pour trouver des ménages américains qui ont des revenus inférieurs à quatre fois le niveau de pauvreté ou dont les dettes médicales représentent 5 % ou plus de leurs revenus annuels.

Ainsi, l’organisation achète des dettes par paquets, ce qui permet d’alléger «environ 100 fois sa valeur en dettes médicales», est-il expliqué sur son site web.

«En général, un dollar de don abolit 100 dollars de dette médicale», a indiqué au «New York Times» Daniel Lempert, vice-président des communications de RIP Medical Debt.

Selon lui, la campagne de Casey McIntyre est la première qui a été organisée à titre posthume.

«En ce qui concerne la collecte de fonds, je ne sais pas si nous avons déjà vu quelque chose récolter autant d’argent que la campagne de Casey aussi rapidement», a-t-il précisé.

RIP Medical Debt a déjà remboursé 10,4 milliards $ US de dettes médicales pour plus de 7 millions d’Américains.





Voir la source