Une mère de famille de 34 ans qui aurait hésité pendant trop longtemps à consulter un médecin pour une bosse dans un sein espère que son histoire aidera d’autres à surmonter leur peur, alors qu’il ne lui resterait maintenant que quelques semaines devant elle.  

«J’ai l’impression que maintenant je peux sauver la vie de quelqu’un. Me voici, 34 ans, et je meurs parce que j’avais peur d’aller chez le médecin», a indiqué la mère de famille Kourtni Smith au média américain WUSA9, selon ce qu’a rapporté «The Mirror» lundi. 

Avec désormais seulement quelques semaines devant elle, la mère de cinq enfants de Maryland aux États-Unis regrette de ne pas avoir consulté plus tôt pour une bosse dans son sein, qu’elle aurait mis du temps à faire diagnostiquer par peur d’aller voir un médecin. 

Ce n’est qu’en 2021 que la maman se serait décidée à faire vérifier la bosse alors qu’elle peinait à nourrir son nouveau-né, âgé de 7 mois. Elle avait alors été diagnostiquée avec un cancer de stade 3. 

Mais après seulement trois rondes de chimiothérapie sur un programme de huit, en tandem avec 15 séances de radiothérapie, elle aurait été forcée d’arrêter les traitements parce que son corps ne les supportait pas, a-t-elle relaté dans une campagne de sociofinancement GoFundMe, mise en place pour aider sa famille à traverser l’épreuve. 

En avril dernier, son cancer avait progressé, si bien qu’elle aurait été diagnostiquée cette fois avec un carcinome lobulaire invasif de stade 4. 

«J’écris ceci depuis la salle de soins palliatifs. Avec la malheureuse réalité qu’il ne me reste pas longtemps sur cette terre», a-t-elle poursuivi par écrit il y a deux semaines, alors qu’il ne lui resterait que quelques semaines devant elle. 

La trentenaire qui espérait pouvoir «tenir la main [de ses enfants] et les guider vers l’âge adulte» déplore que «ce rêve est en train de s’éloigner», en martelant à ceux qui découvrent une bosse d’aller chercher un diagnostic le plus tôt possible, a-t-elle indiqué à la chaîne américaine WUSA9.





Voir la source