Un train de fret a déraillé mercredi dans le centre-est des États-Unis et du soufre qu’il transportait a pris feu, poussant les autorités du Kentucky à conseiller aux habitants de quitter les lieux, en pleine fête de Thanksgiving.

• À lire aussi: Ivre, il voyage accroché sous un camion pendant 400 km

• À lire aussi: Explosion au pont Rainbow: Ottawa sur un pied d’alerte

Mercredi après-midi, un train de fret a déraillé près du village de Livingston, et «au moins 16 wagons sont impliqués, dont deux contenant du soufre liquide qui se sont ouverts et ont perdu une partie de leur contenu, qui est en feu» a déclaré dans un communiqué la compagnie CSX, qui opérait le convoi.

«Quand le soufre liquide brûle, il relâche du dioxyde de soufr», a ajouté l’entreprise, un polluant dangereux à la fois pour la santé humaine et l’environnement.

Le gouverneur du Kentucky Andy Beshear a déclaré mercredi soir l’«état d’urgence» sur place afin de mobiliser toutes les ressources nécessaires, a-t-il annoncé dans un communiqué.

«La réponse à cet accident est en cours et les responsables locaux encouragent les habitants de Livingston à évacuer» la zone, ajoute le texte.

CSX «encourage les habitants» qui sont «inquiets pour leur sécurité» à quitter les lieux pour aller s’installer dans des hôtels payés par l’entreprise à une quinzaine de kilomètres.

Cet accident est intervenu la veille de la fête américaine très suivie de Thanksgiving, jeudi, un jour férié lors duquel les familles se rassemblent autour d’un repas traditionnel.

«J’étais paniquée, on est en train de cuisiner, on a des dindes au four. On ne peut pas partir», a déclaré mercredi soir à une chaîne locale de CBS une habitante de Livingston, Linda Todd, réfugiée dans un gymnase local.

Cet accident survient après le déraillement, en mars dans l’Ohio, d’un train transportant des produits chimiques, dont du chlorure de vinyle, un produit chimique cancérigène et très inflammable utilisé dans la fabrication du plastique.

L’énorme incendie puis les rejets contrôlés de cette substance, effectués par les autorités ferroviaires pour éviter une possible explosion, avaient conduit à quelque 2 000 évacuations et fait craindre de graves conséquences environnementales.





Voir la source