Alexander Ovechkin et Sidney Crosby ne sont plus les meilleurs joueurs de la Ligue nationale de hockey (LNH) ayant été éclipsés par de jeunes et excitants talents, mais ils ont autrefois «sauvé» le circuit Bettman. 

Selon le capitaine des Capitals de Washington, son arrivée, cumulée avec celle de son éternel rival des Penguins de Pittsburgh en 2005, a donné un vent de renouveau à la LNH.

• À lire aussi: Maple Leafs: cinq blessés à long terme et 17 millions $ inutiles

• À lire aussi: Saison terminée pour Taylor Hall

«On a sauvé la ligue. Maintenant que [les nouvelles vedettes] sont là, je présume que nous sommes que de vieilles nouvelles. Mais on l’a sauvé. C’est maintenant à ces gars-là de me prouver que nous ne sommes plus les meilleurs», a déclaré Ovechkin au journaliste Rob Rossi de The Athletic, citant les noms de Connor McDavid et Connor Bedard, dans un texte publié jeudi.

Même son de cloche du côté de Crosby. Le numéro 87 est conscient qu’Ovechkin et lui, qui ont la fin-trentaine, sont proches de la fin, mais il espère être encore au sommet pour quelque temps.

«Avec un peu de chance, il y a encore quelque temps avant que nous soyons laissés de côté», a dit le premier de classe du repêchage de 2005.

Le message est donc lancé et les deux hommes entendent continuer de prouver leur valeur.

Ovechkin, sélectionné au premier échelon de l’encan de 2004, avait dû attendre la saison 2005-2006 pour faire ses débuts dans le circuit Bettman puisque la campagne précédente avait été annulée en raison d’un lock-out. Crosby et lui avaient franchi le plateau des 100 points cette année-là et ils sont rapidement devenus les étoiles les plus brillantes du circuit.

Ils contribué à ramener les partisans dans les estrades et devant les téléviseurs. Au cours de leurs carrières, le Russe et le Canadien se sont retrouvés en séries éliminatoires à quatre reprises (2009, 2016, 2017 et 2018), ce qui a donné lieu à un spectacle de qualité la plupart du temps.

C’est finalement en 2018 qu’Ovechkin a réussi à se débarrasser des «Pens», en route vers sa seule coupe Stanley. Crosby, lui, a eu l’honneur de soulever le précieux trophée trois fois au cours de sa carrière.



Voir la source