L’Argentine de Lionel Messi a fait l’histoire en infligeant au Brésil la première défaite de son histoire à domicile en qualification de la Coupe du monde par le pointage de 1 à 0, mardi, mais ce sont plutôt les heurts en tribunes avant le début du match qui ont marqué l’attention. 

En effet, le «superclasico» a été retardé de près de 30 minutes, puisque les partisans argentins et brésiliens ont eu maille à partir dans les gradins du mythique Maracana. Les policiers présents sur place ont essayé de calmer les esprits en utilisant la force, ce qui a donné lieu à des images assez troublantes.

• À lire aussi: Soccer: le Canada victime d’une déconfiture face à la Jamaïque

Les champions du monde en titre, accompagnés par le capitaine de la «Seleçao» Marquinhos, se sont approchés du secteur où les violences avaient lieu. Le gardien Emiliano Martinez a même tenté de s’interférer pour aller défendre les siens.

D’ailleurs, Messi a expliqué que ce n’était pas la première fois que des incidents du genre se produisaient. Ses coéquipiers et lui ont cependant préféré jouer le match afin d’apaiser les tensions.

«Nous avons vu comment la police essayait de frapper les gens, surtout avec plusieurs de nos familles présentes, a déclaré l’actuel joueur de l’Inter Miami après la partie, dont les propos ont été relayés par le journaliste Fabrizio Romano. Ils sont plus concentrés là-dessus que de jouer le match.»

Animosité

La tension sur le terrain entre les 22 joueurs semblait cependant toujours forte lorsque l’arbitre a sifflé le début de la rencontre. On a notamment eu droit à des moments assez houleux lors des premières minutes du choc entre les deux pays. Pas moins de 10 fautes brésiliennes ont été signalées contre trois argentines, tandis que la joute n’était vieille que de 20 minutes. Un carton rouge a même été distribué à l’attaquant du Brésil Joelinton en fin de rencontre.

Messi s’est même permis d’aller adresser quelques mots à l’attaquant Rodrygo. Ce dernier aurait traité les coéquipiers de l’octuple gagnant du Ballon d’Or de «lâches».

Le seul but de la rencontre est venu de la tête du défenseur Nicolás Otamendi, bien servi après un corner frappé par Giovanni Lo Celso à la 63e minute de jeu. L’Argentine est en tête du groupe de qualification dans la CONMEBOL, tandis que le Brésil est sixième.





Voir la source