Derek Chauvin, le policier meurtrier de l’Afro-américain George Floyd, dont la mort avait provoqué un grand mouvement antiraciste aux États-Unis, a été poignardé et blessé dans une prison fédérale du sud-ouest du pays, a annoncé le New York Times vendredi soir.

• À lire aussi: 20 ans pour avoir violé les droits constitutionnels de George Floyd

Derek Chauvin «a été poignardé vendredi dans une prison fédérale à Tucson, en Arizona», selon «deux personnes au fait de cette affaire», écrit le quotidien américain.

«M. Chauvin a survécu à l’attaque», ajoute le New York Times, s’appuyant sur l’une de ces personnes.

Les autorités pénitentiaires fédérales américaines ont transmis une déclaration à l’AFP confirmant une «agression» sans toutefois préciser le nom de la victime.

Des employés de la prison «ont pris des mesures pour sauver la vie d’une personne incarcérée» et les services médicaux d’urgence «ont été sollicités», ont-elles déclaré dans ce communiqué.

Le détenu a été transporté «vers un hôpital local pour y être soigné et examiné», ont-elles ajouté.

Le 25 mai 2020, le policier blanc, agent chevronné de la police de Minneapolis, était resté agenouillé sur le cou du quadragénaire noir pendant près de dix minutes, indifférent aux interventions de passants choqués et aux râles de George Floyd.

Deux autres policiers avaient aidé à le maintenir au sol.

La scène, filmée et mise en ligne, avait déclenché d’immenses manifestations contre le racisme et les violences policières dans tous les États-Unis et au-delà.

Derek Chauvin a été reconnu coupable de meurtre par la justice de l’État du Minnesota à l’issue d’un procès très suivi en 2021 et condamné à 22 ans et demi de détention.

La Cour suprême des États-Unis a rejeté la semaine dernière l’appel de Derek Chauvin contre cette condamnation.

«Racisme systémique»

Derek Chauvin a par ailleurs plaidé coupable de «violations des droits civiques» de George Floyd devant un juge fédéral et écopé en 2022 d’une autre peine, de 21 ans de prison.

Au cours de ses 19 ans de carrière, le policier a reçu quatre médailles mais a aussi fait l’objet de 22 plaintes et enquêtes internes, selon un dossier public expurgé de tous les détails.

Seule l’une d’elle a été suivie d’une lettre de réprimande. Selon la presse, elle avait été déposée par une femme blanche qu’il avait violemment extraite de sa voiture en 2007 pour un excès de vitesse.

La mort de George Floyd avait provoqué de grandes manifestations aux États-Unis et à travers le monde sous le slogan «Black Lives Matter».

En mars, près de trois ans après la mort de George Floyd, la ville de Minneapolis a annoncé avoir approuvé un plan en vue de réformer sa police.

Le texte prévoit notamment que la police n’arrête plus de véhicules pour certaines violations mineures (souvent utilisées par le passé comme prétexte) et que la force ne soit utilisée que si «nécessaire» et de manière «proportionnelle à la menace perçue».

En septembre, des experts de l’ONU ont souligné un «racisme systémique» envers la communauté noire au sein des systèmes policiers et judiciaires américains.

Selon leur rapport, des études ont montré que les Afro-américains ont trois fois plus de risques d’être tués par la police que la population blanche, et 4,5 fois plus de risques d’être incarcérés.





Voir la source