Une pétition de destitution de la députée britanno-colombienne Rachna Singh, qui est également la ministre de l’Éducation et des Services de garde d’enfants de la province, a été approuvée par Elections BC. L’auteur de la pétition est un opposant aux politiques sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre dans les écoles, que la ministre a contribué à mettre en place.

Gurdeep Jassal, à l’origine de la démarche, est d’avis que les écoles publiques de la province endoctrinent les enfants.

La politique OSIG 123 (ou SOGI, en anglais, pour Sexual orientation and gender identity) est une ressource approuvée par le ministère provincial de l’Éducation, portant notamment sur l’éducation de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre.

Pour le fondateur du parti politique provincial Freedom Party of British Columbia et porte-parole de la demande de révocation, Amrit Birring, les groupes contestataires de l’OSIG sont ignorés. Cette campagne pour évincer de son siège Rachna Singh, qui est la députée néo-démocrate de la circonscription Surrey Green Timbers, est un dernier recours pour être entendu, explique-t-il.

Des contre-manifestants.

Des centaines de personnes se sont rassemblées à Vancouver pour dénoncer la position de certains groupes qui affirment que les sujets de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre n’ont pas leur place dans les écoles, le 20 septembre 2023. (Photo d’archives)

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Les commanditaires de la pétition pourront commencer à recueillir des signatures à partir du 30 novembre 2023, jusqu’au 29 janvier 2024, dit Elections BC.

L’organisme indique d’ailleurs qu’ils doivent recueillir les signatures de 40 % des électeurs admissibles de la circonscription concernée afin de pouvoir entrainer la destitution du député ciblé. Dans la circonscription de Rachna Singh, ce nombre correspond à 11 811 signatures.

Si elle est démise de ses fonctions, une élection partielle sera organisée dans les 90 jours suivant sa révocation pour combler son siège. Elle pourra alors se représenter.

Les mesures OSIG, un cheval de Troie

Rachna Singh n’était pas disponible pour répondre à la demande de commentaire de CBC/Radio-Canada.

Sur une publication de son compte X (en anglais), (Nouvelle fenêtre) anciennement Twitter, la députée a tenu à réitérer son soutien inébranlable [à la politique sur l’OSIG] à l’heure où des attaques infondées contre l’OSIG cherchent à diviser nos communautés .

Amrit Birring soutient que les mesures OSIGsont en apparence là pour assurer l’inclusion et la sécurité de tous les élèves. Mais nous pensons qu’il s’agit d’un cheval de Troie.

Selon lui, l’objectif caché serait d’endoctriner les enfants hétérosexuels pour leur faire croire qu’ils ne sont pas forcément du genre masculin ou féminin, mais qu’ils peuvent se situer entre les deux.

C’est un apprentissage systémique que les écoles martèlent pour les convaincre, les manipuler alors que les enfants sont innocents et naïfs quand ils vont à l’école élémentaire, croit le porte-parole, qui a organisé au moins une manifestation contre l’OSIG dans les écoles. Les conséquences sont déjà visibles.

Des femmes et un enfant tenant des affiches.

Des manifestants s’étaient présentés à Surrey, en Colombie-Britannique, avec de nombreuses affiches pour contester l’OSIG, le 20 septembre 2023. (Photo d’archives)

Photo : Ben Nelms/CBC

Des solliciteurs iront faire du porte-à-porte pour espérer récolter les signatures nécessaires, selon Amrit Birring. La campagne sera aussi diffusée sur les réseaux sociaux, des agences de presse ou encore des stations de radio locales.

Elections BC a imposé un budget d’un peu plus de 31 600 $ à cette campagne. Les fonds sont collectés par l’intermédiaire de dons, dit Amrit Birring.

Il s’agit de la 30e demande de pétition de révocation déposée en Colombie-Britannique depuis 1995, date à laquelle la procédure de révocation d’un député a été implantée.

Avec les informations de Karin Larsen



Voir la source