Médaillé de bronze et d’argent respectivement lors des éditions de 2021 et de 2022, le Rouge et Or de l’Université Laval ne vise rien d’autre que la plus haute marche du podium cette année au championnat canadien de soccer féminin dont le coup d’envoi sera donné, jeudi à l’Université Queen’s à Kingston.

Le Rouge et Or a les moyens de ses ambitions comme le démontre son titre provincial durement acquis, vendredi dernier, face aux Carabins de l’Université de Montréal, et sa saison sans défaites de 12 victoires et deux verdicts nuls. Il s’agissait d’un 10e titre provincial et d’un premier à la maison depuis 2017.

Les protégées de David Desloges disputeront leur premier match, jeudi à 16h, face aux Mustangs de Western.

«En début de saison, nous avions trois objectifs très clairs, a souligné la joueuse par excellence du RSEQ Daphnée Blouin. On voulait remporter le titre de la saison régulière; le championnat provincial; et le championnat canadien. On a atteint les deux premiers objectifs, mais le travail est loin d’être terminé.»

«Notre défaite en finale canadienne [contre Montréal] l’an dernier a laissé un goût amer, d’ajouter Blouin. On ne veut pas revivre ce sentiment et nous sommes encore plus affamées. C’est vraiment ma dernière chance cette année et il faut gagner. Mes succès individuels ne voudront rien dire si on ne gagne pas le championnat canadien.»

Scénario différent de 2022

Pointant au dernier rang parmi les huit équipes présentes aux nationaux en 2022, le Rouge et Or avait causé la surprise devant ses partisans en écartant les favorites en lever de rideau et en atteignant la rencontre ultime. Cette année, le Rouge et Or est l’équipe à battre. Y’a-t-il un danger d’être trop confiantes?

«Les filles sont très terre à terre et elles ne flottent pas sur un nuage, a affirmé Desloges. Elles ont de grands objectifs et leurs comportements sont en lien avec ces objectifs. Elles sont très professionnelles dans leur approche. Depuis le jour 1, on voulait gagner le titre de la saison et entrer au championnat canadien par la grande porte. Depuis le retour de la pandémie en 2021, on a progressé à chaque année dans notre projet de gagner un titre national.»

Curieusement, Desloges prévoyait une saison moins étincelante. «Avec le départ de plusieurs partantes, je prévoyais une petite baisse de régime, a avoué le pilote lavallois, mais les filles ont trouvé leurs repères très vite et absorbé les départs. Elles sont revenues plus fortes. On veut changer de manteau.»

Les manteaux des joueuses sont ornés de deux étoiles pour rappeler les titres nationaux remportés en 2014 et 2016.

Des moments magiques

Auteure du but victorieux, vendredi dernier, en finale provinciale dans un gain dramatique de 2-1, Émma-Ève Lecompte a vécu des émotions très fortes. «Ma famille était rassemblée pour regarder le match sur le web et mes proches m’ont envoyé l’extrait sonore de la description de mon but, a-t-elle raconté. C’était complètement fou d’entendre mon nom. Tous les ingrédients étaient réunis. Une victoire contre Montréal; un but dans la dernière minute réussit en finale provinciale. Je n’y croyais pas.»

Élue sur la première équipe d’étoiles du RSEQ, Lecompte assure qu’elle est redescendue de son nuage. «En revenant les deux pieds sur terre, j’ai réalisé que j’avais vécu des émotions vraiment fortes. La victoire contre Montréal nous permet de rentrer au national plus en confiance, mais on repart à zéro.»

Inspirer par les filles de rugby

Le titre national de l’équipe de rugby remporté à la maison, dimanche, donne des ailes aux filles de soccer, dont les vestiaires sont situés un à côté de l’autre au Stade TELUS. 

«C’était tellement beau de les voir célébrer, a exprimé Mathilde Rousseau qui a été sélectionnée sur la seconde constellation du RSEQ. Leur victoire nous inspire et on veut vivre nous aussi ces beaux moments. Vendredi après notre victoire et celle du rugby en demi-finale, on a célébré ensemble dans le vestiaire. C’était une grosse soirée pour le sort féminin.»

Championnes canadiennes en titre, les Carabins occupent le 6e rang au national. Elles croiseront le fer avec les X Women de St. Francis Xavier, les championnes de l’Atlantique, au premier tour.





Voir la source