Les Panthers de la Caroline ont mis dehors leur entraîneur-chef Frank Reich après 11 petits matchs. Ce qui était impensable dans la NFL à une certaine époque est devenu la routine dans les dernières années, avec des pilotes qui sont à la merci de propriétaires intempestifs.

• À lire aussi: J’ai vécu le trip sportif de ma vie au Michigan Stadium

• À lire aussi: 10 moments marquants entourant le match Ohio State c. Michigan

Ceux qui pensent qu’il ne faut pas y voir une tendance doivent voir la réalité en face.

Selon ESPN Stats & Info, depuis la fusion de la NFL avec l’AFL en 1970, seulement six entraîneurs ont perdu leur emploi avant même la fin de leur première saison à la barre. Autrement dit, c’est un phénomène plutôt rare.

Par contre, de ces six entraîneurs, trois ont été virés lors des trois dernières saisons, soit Reich cette année, Nathaniel Hackett l’an passé avec les Broncos et Urban Meyer la saison précédente avec les Jaguars.

Auparavant, aucun autre entraîneur dans la NFL n’avait pas eu l’opportunité de terminer sa première saison depuis Pete McCulley, en 1978.

Dans le cas de Meyer et de Hackett, les bilans étaient très difficiles à défendre. Meyer, après une brillante carrière d’entraîneur dans les rangs universitaires, s’est emmêlé dans ses bottines à répétition en traitant des professionnels en gamins.

Hackett a été une véritable comédie à Denver. Dans le cas de Reich, même si les résultats en Caroline n’étaient clairement pas au rendez-vous, il demeurait un coach respecté, sérieux et qui avait fait ses preuves à d’autres endroits où il est passé sans brûler d’étapes. Il est devenu atroce du jour au lendemain?

Des erreurs


NFL: c’est fini la patience pour les coachs!


Frank Reich devait être le gourou offensif pour le jeune quart-arrière Bryce Young.


Getty Images via AFP

Évidemment, certains diront que Reich mérite son sort parce que le tout premier choix au repêchage, le quart-arrière Bryce Young, stagne depuis le début de sa saison. Encore là, quand un quart-arrière recrue ne connaît pas des résultats fracassants comme CJ Stroud à Houston, c’est devenu la fin du monde.

Il est vrai qu’à leurs cinq derniers matchs, les Panthers n’ont pas inscrit plus de 15 points. Reich ne s’est pas aidé en jouant à la girouette. En début de saison, il est celui qui décidait des jeux à l’attaque, avant de prendre un pas de recul et de refiler la tâche au coordonnateur offensif, pour ensuite reprendre ce rôle.

Pour un entraîneur réputé pour son flair offensif après des séjours fructueux chez les Chargers, Eagles et Colts (sauf à la fin), il est vrai que l’attaque des Panthers, qui croule au 29e rang, le fait mal paraître.

Un proprio émotif


NFL: c’est fini la patience pour les coachs!


Le propriétaire des Panthers, David Tepper.


Getty Images via AFP

Il n’a certainement pas fait tout correctement, mais le succès d’une organisation doit partir du sommet de la pyramide. En ce sens, le propriétaire David Tepper, qui est reconnu comme étant quelqu’un qui se mêle régulièrement des opérations football, devrait faire un examen de conscience.

Depuis qu’il a acheté l’équipe en 2018, celle-ci montre un dossier de 30 victoires et 63 défaites, pour un pourcentage de succès de ,323. Durant cette période, seuls les Jets de New York (,301) ont fait pire.

Tepper en est déjà à trois entraîneurs qui ont subi son couperet avec les Panthers. Il a aussi acheté le FC Charlotte dans la MLS dans les années suivantes et déjà, il a congédié deux entraîneurs. On dirait presque un jeu sadique…

Le type est archiriche et sait très bien compter, mais prend visiblement de mauvaises décisions de football ou exige trop rapidement des changements.

Le fait est que les Panthers, avec ou sans Frank Reich, sont pris avec une attaque dépourvue de talent et ont laissé filer leurs meilleurs éléments comme Christian McCaffrey et DJ Moore dans les dernières années. 

Plusieurs joueurs obtenus, comme les receveurs DJ Chark et Laviska Shenault, ainsi que l’ailier rapproché Hayden Hurst et le porteur Miles Sanders, n’apportent que des grenailles à l’attaque.

Ce qu’il ne faut surtout pas oublier, c’est qu’à la vitesse à laquelle le propriétaire manie la machette pour couper court aux aspirations de ses entraîneurs, les meilleurs de la profession deviendront réticents à considérer les Panthers. 

On finit par s’attirer ce qu’on mérite.

MA PRÉDICTION POUR JEUDI





Voir la source