La Cour suprême du Texas se penche mardi sur les «exceptions médicales» à l’interdiction de l’avortement dans cet État américain du Sud conservateur, après une décision de première instance en faveur d’une organisation de femmes et de médecins. 

• À lire aussi: Une poignée de médecins américains bravent les lois interdisant l’avortement

• À lire aussi: Interdite d’avorter, une Texane raconte avoir dû accoucher d’un enfant non viable

• À lire aussi: Des Texanes s’étant vu refuser une IVG racontent leur calvaire lors d’une audience

Depuis que la Cour suprême fédérale a rendu en juin 2022 aux États la liberté de légiférer sur l’avortement, revenant sur une jurisprudence de près d’un demi-siècle, une vingtaine d’entre eux ont interdit l’avortement ou l’ont très fortement restreint.

Le Texas prohibe toute interruption volontaire de grossesse (IVG), y compris en cas d’inceste ou de viol. Seules exceptions: en cas de danger de mort ou de risque de grave handicap pour la mère.

Le Center for Reproductive Rights (Centre pour les droits reproductifs), à l’origine de la plainte, estime que ces exceptions médicales sont définies de manière trop vague, ce qui a un effet dissuasif pour les médecins. Ils encourent jusqu’à 99 ans de prison, 100 000 dollars d’amende et la révocation de leur licence médicale.

Dans sa décision rendue en août, la juge de première instance Jessica Mangrum a reconnu que les plaignantes, une vingtaine désormais, avaient été «retardées ou privées d’accès à l’avortement en raison de l’incertitude généralisée concernant la marge de manœuvre des médecins».

Elle a ordonné que les praticiens ne puissent être poursuivis après avoir exercé leur «jugement de bonne foi» et qu’ils soient autorisés à déterminer ce qui relève de l’urgence médicale susceptible de mettre en danger «la vie et/ou la santé (y compris la fertilité) d’une femme».

Le bureau du procureur général du Texas ayant aussitôt fait appel, cette décision n’est pas entrée en vigueur.

Il appartiendra donc à la Cour suprême de l’État de statuer sur cette suspension.

Le fonds de cette action en justice sera lui jugé lors d’un procès en mars 2024.

L’État du Texas estime que la définition de l’exception médicale proposée par le Center for Reproductive Rights reviendrait à «permettre des avortements pour des femmes enceintes ayant des soucis médicaux allant d’un mal de tête à un sentiment de dépression».

La première plaignante à avoir témoigné, Amanda Zurawski, qui a donné son nom à cette affaire, avait perdu les eaux à 18 semaines de grossesse. Son médecin lui avait annoncé qu’une fausse couche était inévitable.

Mais provoquer le travail «serait considéré comme un avortement illégal», selon lui, a-t-elle raconté à la cour, expliquant avoir dû attendre trois jours pour subir cette opération après une septicémie, une infection généralisée qui l’a conduite à passer plusieurs jours en soins intensifs et entraînés la perte d’une de ses trompes.





Voir la source