La ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, considère qu’il est « faux » et « complètement inacceptable » de laisser entendre que les diplomates Michael Kovrig et Michael Spavor aient pu être impliqués dans des activités d’espionnage en Chine.

Je ne peux pas être plus claire : il n’y a pas eu d’activités d’espionnage.

Croire en ces allégations équivaut à tomber dans le narratif de la Chine, a affirmé la ministre lors d’une conférence de presse.

La semaine dernière, Michael Kovrig a rejeté les allégations de son ex-codétenu en Chine, Michael Spavor, rapportées par le Globe and Mail la semaine précédente.

Selon ces affirmations, Michael Spavor aurait donné des informations sur la Corée du Nord à Michael Kovrig, qui, à son tour, les aurait transmises à des agences de renseignement, ce qui aurait mené à leur détention en Chine.

Le gouvernement et moi-même soutenons complètement les deux Michael, et certainement ce que Michael Kovrig dit présentement quand il clame son innocence, a insisté Mélanie Joly.

Un programme pour les diplomates

La ministre Joly assure par ailleurs qu’il n’y a pas d’activités d’espionnage au sein d’Affaires mondiales Canada par le truchement du programme d’établissement de rapports sur la sécurité mondiale, programme au sein duquel travaillait Michael Kovrig.

Essentiellement, ce sont des diplomates qui font leur travail en toute transparence, enregistrés comme diplomates. Ils sont les yeux et les oreilles du Canada sur le terrain, comme c’est le cas pour tous les diplomates dans le monde.

Créé en 2002, le programme d’établissement de rapports sur la sécurité mondiale est un programme d’établissement de rapports diplomatiques spécialisés visant à recueillir des informations sur la sécurité et la stabilité dans des pays précis par l’entremise de moyens diplomatiques ouverts.

Les agents de ce programme sont des diplomates accrédités et déclarés dont la responsabilité primaire est de recueillir des informations ouvertement par l’entremise de réseaux de contacts gouvernementaux et non gouvernementaux au sujet de priorités en matière de renseignement qui ne sont pas couvertes par d’autres membres de l’appareil de la sécurité et du renseignement.

Source : Rapport spécial sur les activités d’Affaires mondiales Canada en matière de sécurité nationale et de renseignement (2022)

Nous sommes tout à fait à l’aise avec le travail d’Affaires mondiales [Canada] partout dans le monde, a de surcroît souligné la ministre.



VOir la source