Le géant américain Netflix se dit prêt à collaborer pour soutenir l’industrie canadienne de la production de contenu, mais sans que le gouvernement lui dicte la façon de le faire.

Jeudi après-midi, le pionnier des plateformes de diffusion en continu participait aux consultations du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) au sujet de la Loi sur la diffusion continue en ligne, qui vise à obliger les plateformes numériques à contribuer au contenu canadien.

En pleine crise des médias, Netflix a plaidé que l’idée de lui imposer le versement de redevances dans un fonds destiné à la production canadienne n’est tout simplement pas une mesure efficace. L’entreprise américaine dit qu’elle préfère investir directement dans ses projets canadiens plutôt que d’être forcée de payer des contributions initiales.

Image du personnage principal de la série de Netflix « Anne with an E ».

Parmi les productions canadiennes de Netflix, on compte la série « Anne with an E », coproduite avec CBC.

Photo : La Presse canadienne

On considère que nos investissements qu’on fait directement dans la programmation, c’est plus efficace que de faire des contributions à des fonds, a soutenu le directeur des politiques réglementaires de Netflix au Canada, Stéphane Cardin, devant les commissaires du CRTC.

Nous obtenons de meilleurs résultats en investissant directement dans la production.



Voir la source