Un médecin de famille montréalais ne pourra plus jamais soigner de femmes, tranche le Collège des médecins du Québec, et le radie à nouveau quatre ans pour avoir mis un doigt dans les parties génitales d’une patiente de 20 ans qui consultait pour des éruptions cutanées au front.

• À lire aussi: Examen gynécologique abusif à une patiente qui consultait pour de l’acné au front: ce médecin de famille encore coupable d’une inconduite sexuelle 

• À lire aussi: Un médecin encore accusé de gestes sexuels sur des patientes

La jeune femme qui avait consulté le Dr Craig Smith pour une éruption cutanée au front s’est «sentie violée», lit-on dans le jugement du Conseil de discipline du Collège des médecins, rendue le 24 novembre dernier.

Radié à nouveau pour une deuxième inconduite sexuelle, cette fois de quatre ans, le médecin de famille ne pourra plus jamais soigner de femmes, lui impose en plus le Collège des médecins du Québec (CMQ). Il s’agit d’une sanction rare et sévère qui limite énormément le champ de pratique d’un omnipraticien. 

Le Dr Craig Smith avait été radié trois ans, en mai 2019, pour avoir pris en photo les parties génitales d’une patiente à son insu et avoir tenté d’en photographier une autre avec son cellulaire alors qu’elle avait les seins nus.

Le médecin insistait

Même si la loi prévoit une radiation minimale de cinq ans pour une inconduite sexuelle, le conseil de discipline avait jugé qu’il méritait une sanction clémente de trois ans. Cette fois avec une sanction de quatre ans, il a encore bénéficié de la clémence du Conseil. 

Les faits reprochés se sont déroulés en 2018 au Centre médical Santé Mont-Royal. La jeune femme avait accepté de se soumettre à un examen gynécologique puisque le Dr Smith insistait, indique le jugement. Elle ne voyait toutefois pas le lien avec son problème au front. 

Le médecin lui a introduit un doigt dans le vagin lors d’un examen de la vulve. Il s’est ensuite accroupi derrière elle alors qu’elle se tenait debout et lui a demandé de se pencher vers l’avant, puis d’écarter les fesses, pour regarder ses parties intimes. 

Rencontré par le syndic du CMQ en 2021, le Dr Smith s’était défendu en disant que cette technique «est une façon de procéder à l’examen visuel anal pour vérifier une possible infection», lit-on dans le jugement. 

Patiente vulnérable 

Selon le Conseil de discipline, le médecin «se place dans une situation où il profite de la vulnérabilité d’une jeune patiente», lit-on. 

Médecin depuis 2003, le Dr Smith a aussi été reconnu coupable d’avoir fait un examen gynécologique non conforme aux règles de l’art et de ne pas avoir eu recours à un spéculum. 

Dans le jugement, on peut lire que le médecin est très «affecté» par les allégations de la patiente, et qu’elles sont le résultat d’une «perception erronée». 

Selon le Conseil, le médecin n’a pas semblé réaliser «toute la gravité des gestes qu’il a commis». 

Le Dr Smith a aussi écopé d’une amende de 5000$. La somme sera remise à la patiente pour l’aider à assumer ses frais thérapeutiques.  

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.





Voir la source