Le premier ministre Justin Trudeau a laissé entendre jeudi que son gouvernement envisageait des sanctions plus sévères pour le vol de voiture, alors que le chef de la GRC a averti que certains vols étaient commis avec une « violence extrême ».

« C'est sans précédent », a déclaré le commissaire de la GRC, Mike Duheme, lors d'un sommet national sur le vol d'automobiles à Ottawa.

« Et la violence extrême qui y est associée et ce que nous voyons, c'est quelque chose qui n'a jamais été vu auparavant. »

Trudeau a déclaré à l'assemblée réunissant des ministres, des responsables des forces de l'ordre, des frontières et des acteurs de l'industrie que l'augmentation des vols de voitures et de camions au cours des dernières années « a été alarmante ».

« Le crime organisé devient de plus en plus effronté et le marché étranger des voitures volées est en expansion », a-t-il déclaré.

  • Cette semaine, Cross Country Checkup veut savoir : vous a-t-on déjà fait voler votre voiture ? Quelle histoire avez-vous sur le vol de voiture ? Remplissez les détails sur ce formulaire et envoyez-nous vos histoires.

Le commissaire de la Police provinciale de l'Ontario, Thomas Carrique, a expliqué aux participants au sommet à quel point l'industrie du vol automobile peut être lucrative. Les observateurs, qui identifient les véhicules à voler, peuvent gagner entre 75 et 100 dollars, a-t-il expliqué, tandis que les exportateurs peuvent gagner jusqu'à 80 000 dollars en exportant un véhicule volé à l'étranger, où sa valeur de revente peut doubler.

REGARDER | Le commissaire de la Police provinciale de l'Ontario explique comment fonctionne le marché « complexe » du vol de voitures

Le commissaire de la Police provinciale de l'Ontario explique comment fonctionne le marché « complexe » du vol de voitures

Lors d'un sommet à Ottawa sur le vol d'automobiles, le commissaire de la Police provinciale de l'Ontario, Thomas Carrique, a expliqué le processus de vol d'une voiture et affirme que cela met des vies en danger.

« Il s'agit d'un marché criminel très complexe facilité par les organisations criminelles », a déclaré Carrique.

Avant le sommet de jeudi à Ottawa, le gouvernement fédéral a annoncé qu'il dépenserait 28 millions de dollars pour aider à freiner les exportations de véhicules volés.

Poilievre affirme que les Canadiens « vivent dans la peur »

Le gouvernement libéral a déclaré mercredi que cet argent donnerait à l'ASFC une plus grande capacité à détecter et à fouiller les conteneurs maritimes transportant des voitures volées.

Le sommet et l'afflux d'argent surviennent après une semaine au cours de laquelle les conservateurs ont martelé les libéraux au sujet de la recrudescence des vols de voitures et ont lancé leurs propres idées politiques.

Plus tôt cette semaine, le chef conservateur Pierre Poilievre a déclaré que « la mauvaise gestion de Trudeau a permis au crime organisé de prendre en charge les opérations et la gestion de nos ports fédéraux et de les utiliser pour transporter des voitures volées dans des endroits comme Brampton vers le Moyen-Orient, l'Afrique et certaines parties du Canada. L'Europe .

« Les Canadiens vivent dans la peur. »

Trudeau a critiqué Poilievre lors du sommet, affirmant que des « slogans accrocheurs » et des vidéos de deux minutes ne résoudraient pas le problème.

Le gouvernement fédéral affirme qu'environ 90 000 voitures sont volées chaque année au Canada, ce qui entraîne des coûts d'environ 1 milliard de dollars pour les assurés et les contribuables canadiens.

Le ministre de la Sécurité publique, Dominic LeBlanc, a déclaré que le gouvernement aurait davantage à annoncer dans les semaines à venir.

Voir la source