Afin de contrer les impacts néfastes et dévastateurs de la surabondance du sébaste sur certaines espèces du golfe, les scientifiques recommandent cette année une pêche massive au sébaste, soit 318 000 tonnes, ce qui est 12 fois plus que le chiffre avancé par la ministre des Pêches, Diane Lebouthillier.

Alors que plusieurs craignent les impacts d'une pêche dominée par les chalutiers hauturiersc'est un changement de paradigme important qui fera émerger les scientifiques.

Plusieurs raisons militent pour une pêche massive qui serait appelée à décroître d'année en année, indique Caroline Senay, biologiste responsable de l'évaluation des stocks de sébastes au ministère des Pêches et des Océans.

La surpopulation de sébaste est vue comme une source de déséquilibre qui perturbe et entraîne éventuellement le déclin d'autres espèces qui rivalisent avec le sébaste pour se nourrir. C'est le cas notamment de la morue ou du turbot. Le sébaste est aussi pointé du doigt comme une des raisons du déclin de la crevette nordique qui fait partie de sa diète.

Ce déséquilibre entre la population de sébaste et les autres espèces pourrait aussi être de courte durée et ce n'est pas essentiellement la pêche qui sera responsable de ce déclin.

Voir la source