Un nouveau médicament contre l’obésité développé par Pfizer a provoqué un taux élevé d’effets secondaires lors d’un essai clinique, qui ne sera donc pas poursuivi, a annoncé vendredi le géant pharmaceutique américain.

• À lire aussi: Un autre médicament contre le diabète meilleur qu’Ozempic pour perdre du poids, selon une étude

• À lire aussi: Les traitements contre l’obésité entrent dans «une nouvelle ère»

Pfizer a toutefois précisé vouloir travailler sur une version modifiée du médicament, nommé danuglipron.

Celui-ci appartient à une nouvelle classe de traitements à succès, imitant une hormone gastro-intestinale (GLP-1) permettant de provoquer une sensation de satiété et une perte de poids.

La particularité du danuglipron, contrairement à des concurrents déjà sur le marché, est d’être administré par voie orale grâce à des comprimés, et non par injection.

Alors que l’essai en question testait la prise de ces cachets deux fois par jour, Pfizer a déclaré vouloir se concentrer sur une nouvelle formule prise une fois par jour.

L’essai clinique comprenait quelques centaines de participants obèses, n’ayant pas de diabète de type 2.

Les effets secondaires étaient similaires à ceux attendus pour un médicament de ce type, mais «des taux élevés ont été observés», avec «jusqu’à 73% de nausée, 47% de vomissements, et 25% de diarrhées», a déclaré Pfizer.

Le traitement a été arrêté par plus de la moitié des participants l’ayant reçu.

Il a en revanche démontré provoquer une perte de poids, de 8% à 13% de masse corporelle à 32 semaines, ou de 5% à 9,5% à 26 semaines.

«Nous pensons qu’une formule améliorée de danuglipron prise une fois par jour pourrait jouer un rôle important dans le traitement de l’obésité», a déclaré dans un communiqué Mikael Dolsten, haut responsable chez Pfizer.

Le marché des médicaments anti-obésité, très lucratif pour l’industrie pharmaceutique, est actuellement dominé par les groupes danois Novo Nordisk (avec son traitement Wegovy) et américain Eli Lilly (Zepbound, approuvé le mois dernier aux États-Unis).

À la Bourse de New York, l’action de Pfizer reculait de 4,3% à 16h30 GMT après l’annonce.





Voir la source