La résidence dans laquelle un homme de 59 ans a été retrouvé mort mercredi à la suite d’un incendie n’était pas munie d’un avertisseur de fumée, une situation fréquente dans le secteur, a pu constater le service incendie cette semaine.

• À lire aussi: Un quinquagénaire perd la vie après un incendie à Montréal

«C’est pas compliqué, si t’as pas d’avertisseur, tes chances de survie lors d’un incendie sont réduites de façon spectaculaire. C’est ta première ligne de défense», lance Guy Lapointe, chef de division aux communications du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM).

Mercredi, vers 18h30, une maison de la rue Saint-Donat, située près de la rue de Marseille, a été la proie des flammes. Malgré l’intervention rapide des sapeurs, les dommages furent désastreux pour cette résidence du quartier Tétreaultville. 





Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Lorsqu’ils ont finalement pu mettre les pieds à l’intérieur, les pompiers ont découvert le corps d’un homme de 59 ans. Il a été transporté à l’hôpital, où son décès a été constaté.

La victime était seule dans la résidence lors de l’incendie. Ce dernier serait d’origine accidentelle. Aucun avertisseur de fumée ne se trouvait dans la résidence, confirme le SIM.

Une centaine de résidences

Peu après ce drame, le service incendie a saisi l’opportunité pour faire du porte-à-porte dans le secteur.

«On a réalisé que les gens sont beaucoup plus réceptifs lorsqu’on les interpelle après un incendie comme ça, explique Guy Lapointe. Si on va les voir de façon aléatoire et sans contexte, ils ont tendance à penser que ça n’arrive qu’aux autres et ne se sentent pas concernés.»



inspecteur


Photo courtoisie

Dans le cadre de leur blitz de prévention, des agents de prévention ont pu vérifier les installations chez une centaine de résidents. 

Le constat: un avertisseur de fumée sur sept était non fonctoinnel ou carrément absent des résidences visitées, selon le SIM. 

Celui-ci en a donc profité pour réitérer l’importance de bien se protéger, particulièrement dans le temps des Fêtes, période où les causes d’incendie se multiplient (sapin placé trop près d’une source de chaleur, feu de cuisinière dû à la distraction par des invités, etc.).

14% auraient pu être prévenus

Depuis sa commercialisation dans les années 1980, l’avertisseur de fumée a réduit de 60% le nombre de décès liés à un incendie au Québec, indique le ministère de la Sécurité publique. Par ailleurs, entre 2011 et 2020, 14% des incendies mortels sont survenus dans des résidences où les avertisseurs étaient non fonctionnels ou absents, selon Statistiques Canada. 

L’année dernière, le SIM a vérifié les installations de plus de 63 000 foyers de Montréal.

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.





Voir la source