Après douze jours de lutte, Alexe Frédéric Migneault a mis un terme à sa grève de la faim pour les droits des personnes non binaires.

• À lire aussi: Quatrième et dernière grève de la faim: une carte de la RAMQ non genrée au péril de sa vie

Par sa démarche, Alexe Frédéric Migneault souhaitait des modifications à la carte émise par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) afin que ces caractéristiques respectent l’identité de genre des personnes non binaires. 

Ses arguments s’appuient notamment sur la Loi portant sur la réforme du droit de la famille en matière de filiation et modifiant le Code civil en matière de droits de la personnalité et d’état civil, adoptée le 8 juin 2022.

Des échanges

«Depuis 12 jours, je fais une grève de la faim pour dénoncer l’inaction de la RAMQ face à son obligation de me produire une carte-soleil avec le bon marqueur de sexe. Au cours des derniers jours, plusieurs discussions ont eu lieu entre les organismes qui m’appuient et le gouvernement du Québec pour faire entendre mes revendications à propos des 359 personnes non binaires qui ont fait cette demande auprès de la RAMQ», a expliqué Alexe Frédéric Migneault dans un communiqué. 

Selon ses dires, un comité interministériel travaille actuellement à réformer les marqueurs de sexe pour intégrer
le symbole «X» à l’ensemble des ministères et organismes gouvernementaux, mais ces travaux avancent à une vitesse excessivement lente.  

«Tant que leurs documents n’auront pas été corrigés conformément au Code civil, au même titre que le reste de la population, je n’écarte pas la possibilité de poursuivre mes démarches ou d’en entamer d’autres», ajoute le militant, qui a pris la décision de recommencer à s’alimenter afin de protéger sa santé. 

Pas d’ambiguïté

«Les organismes qui m’appuient se sont engagés à continuer de travailler avec le gouvernement pour éviter le statu quo.» 

Alexe Frédéric Migneault n’a pas voulu accorder d’entrevue. 

En début de semaine, comme personne non binaire, Alexe affirmait que reculer n’était plus une option.

Selon le président de l’Alliance Arc-en-ciel de Québec, Dave Tremblay, il n’y a absolument aucune ambiguïté et la RAMQ doit se conformer au projet de loi 2 entré en vigueur en juin 2022.  

Ce projet de loi permet entre autres aux personnes non binaires d’identifier leur genre sur les documents de l’état civil avec la mention «X». 

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.


Voir la source