Le géant chinois de la «fast fashion», Shein, a confidentiellement déposé une demande d’introduction en Bourse aux États-Unis, rapporte lundi soir le Wall Street Journal, évoquant l’une des plus importantes «depuis des années». 

• À lire aussi: La bannière chinoise d’«ultra fast fashion» Shein préoccupe le milieu de la mode québécoise

• À lire aussi: Arrivée du géant chinois de la mode au rabais Shein au Québec: «Je ne suis pas millionnaire, donc ça nous aide»

• À lire aussi: Un million de vêtements produits par jour: l’impact environnemental de Shein dénoncé par une ONG

Cette introduction «pourrait avoir lieu en 2024, ont indiqué des sources proches du dossier», écrit le Wall Street Journal, qui précise que des médias chinois avaient également fait état de cette demande.

Les banques Goldman Sachs, JPMorgan Chase et Morgan Stanley, ont été chargées de rédiger l’offre, ajoute le quotidien économique.





AFP

Contactées par l’AFP, ni Goldman Sachs ni JPMorgan Chase n’ont souhaité s’exprimer. Morgan Stanley n’a pas donné suite.

Shein avait été valorisé 66 milliards de dollars plus tôt cette année, et cette introduction en Bourse pourrait être l’une des plus importantes depuis des années, détaille le Wall Street Journal.





AFP

Shein a enregistré 23 milliards de dollars de chiffre d’affaires et 800 millions de dollars de bénéfice net en 2022 et a déclaré aux investisseurs que l’entreprise avait généré un chiffre d’affaires et des bénéfices records pour les trois premiers trimestres de 2023, a également rapporté le Wall Street Journal.

Fondé en 2008 en Chine et désormais basé à Singapour, Shein a rapidement conquis le marché mondial de la «fast fashion», basée sur le renouvellement rapide des collections à très petits prix, et ne vend qu’en ligne, ciblant une jeune clientèle s’abreuvant aux réseaux sociaux.

Accusée de travail forcé, d’incitation à la surconsommation, montrée du doigt pour l’impact environnemental de ses produits et peu transparente sur sa production, la marque s’attire les foudres des défenseurs de l’environnement et des droits de la personne.

Voir la source