Des «éléments intéressants» présents dans une offre du Conseil du trésor aux syndiqués de la FAE incitent la partie syndicale à développer une contre-offre, qui devrait être déposée samedi. 

• À lire aussi: La FAE déposera une contre-offre, la grève se poursuit

• À lire aussi: «Les profs n’ont jamais été autant unis»: des enseignants réagissent à la sortie de Legault

• À lire aussi: Syndiqués, vous faites de la peine à papa Legault!

En grève générale illimitée, la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) assure que la contre-offre sera présentée à la table des négociations.

«Les membres, à la lecture de cette proposition, ont jugé que c’était intéressant, qu’il y avait des pas dans la bonne direction, qu’on saluait les efforts du gouvernement, mais que ce n’était pas des avancées assez significatives pour justifier la levée de la grève», a précisé la présidente de la FAE, Mélanie Hubert, en entrevue à Salut Bonjour week-end.

Déposée plus tôt cette semaine, la proposition patronale contenait des précisions qui méritaient d’être analysées.

«Le gouvernement a compris que la composition de la classe était un problème […] c’est pas encore parfait, nous on souhaiterait des modèles plus automatiques pour que les choses se passent, sans qu’on ait besoin de se battre, que les classes soient bien équilibrées, sans qu’on ait continuellement besoin de réclamer des services», ajoute-t-elle.





Salut Bonjour week-end

Des avancées ont également été rapportées relativement à l’autonomie du personnel enseignant lors de journées pédagogiques.

Mme Hubert fait savoir que la nouvelle proposition syndicale sera «basée sur nos priorités», similaire à celle faite en septembre dernier.

La FAE, qui regroupe neuf syndicats qui représentent notamment plus de 65 000 enseignants, devra trouver une voie de passage avec le gouvernement concernant «la souplesse et l’organisation du travail».





TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

«Ça sera un morceau difficile, parce que ça s’attaque à nos ententes locales, pis ça, ça va demander un consensus qui n’est pas évident à dégager rapidement. On est en train d’essayer de trouver comment on pourrait donner de l’espace à ces discussions-là», poursuit-elle.

Les négociations entourant les ententes locales pourraient ne pas être conclues d’ici les Fêtes, laisse planer Mélanie Hubert.

La grève se poursuit 

Il y a peu de chances que les syndiqués de la FAE retournent au travail lundi, malgré l’éventuel dépôt de la contre-offre.

«La grève va continuer. S’il faut rencontrer nos instances rapidement, on le fera. On avait prévu faire le point avec eux tous les jeudis, mais si on a besoin de le faire plus tôt, évidemment, on ne laissera pas les gens à la rue. Notre objectif, ça n’a jamais été de faire longtemps la grève le plus longtemps possible. L’objectif, c’est d’arriver à une entente, et c’est ce qu’on espère faire rapidement», affirme-t-elle.





Photo Agence QMI, JOEL LEMAY

En entrevue avec Alexandre Dubé, Mélanie Hubert confirme que la sortie publique de François Legault, vendredi, a «vraiment nui à la situation».

Le premier ministre avait appelé le syndicat à mettre fin à la grève «pour le bien de nos enfants».





Voir la source