Nous apprenons que vous donnez le feu vert à une formation abrégée pour permettre d’accéder plus rapidement à la profession d’enseignant. 

• À lire aussi: Feu vert à des formations courtes pour devenir prof: la décision du ministre Drainville «scandalise» des syndicats d’enseignants

Quelle «bonne nouvelle» alors que des profs se gèlent depuis une semaine sur les lignes de piquetage! 

Ces travailleurs ayant ramé durant quatre ans pour obtenir leur diplôme et leur droit d’enseigner doivent vous bénir à l’heure actuelle. 

Ma Vieille l’a toujours dit: «Le sens du timing, ça ne s’apprend pas.»

Vous espérez que ce conflit avec les enseignants se règle au plus vite?

De l’eau au moulin des syndicats…

Vous donnez pourtant l’image d’un homme juste et réfléchi.

On vous entend témoigner à répétition de l’importance de l’éducation pour l’avenir du Québec.

Et au beau milieu d’une grève, en pleine période de négociations, vous lancez un tel pavé dans la mare?

Une formation courte de 30 crédits.

Sans être spécialiste en la matière, ça semble mince. 

De mon temps, 30 crédits universitaires équivalaient à un certificat. Ce qui, en général, nous servait de complément à un autre apprentissage.

Nos enfants sont si importants…

Votre premier ministre supplie les syndicats de mettre fin à la grève. 

Les enseignants veulent voir leurs conditions de travail s’améliorer.

Or, comment notre système d’éducation déjà largement affaibli pourrait s’améliorer si le programme de formation des enseignants est revu à la baisse?

Voyez, on a du mal à suivre, ça ne coule pas de source.

Entre M. Legault qui a recours au chantage émotif et vous qui proposez un brevet d’enseignement à rabais, on est mal barré, il y a de la houle!

Ce n’est rien pour ramener l’ambiance aux tables de négociation.

Réduire le nombre d’heures de formation pour contrer la pénurie d’enseignants, pas sûre que ce soit une bonne idée à long terme.

Nos enseignants méritent mieux que de voir leur profession dénigrée. 





Voir la source