L’entrepreneur québécois Daniel Langlois et sa conjointe a été retrouvés sans vie à l’intérieur d’un véhicule incendié en Dominique, dans les Caraïbes, où ils possédaient un luxueux complexe hôtelier.

• À lire aussi: Mort de Daniel Langlois: «C’est un mentor, puis quelqu’un qui m’a influencé beaucoup»

• À lire aussi: Mort de Daniel Langlois: «Son héritage cinématographique est immense», selon le producteur Roger Frappier

La macabre découverte a été faite vendredi, selon le média local Dominica News Online qui a précisé que les victimes seraient Daniel Langlois et Dominique Marchand, propriétaires du Coulibri Ridge Eco Resort – un complexe hôtelier dominiquais autosuffisant.

Selon le média local, le couple était porté disparu et le véhicule calciné correspond à celui qu’il conduisait. Les corps ont été retrouvés après que les autorités ont été alertées qu’un véhicule était la proie des flammes.

  • Écoutez Benoit Dutrizac parler du décès de Daniel Langlois dans la rencontre Dutrizac – Dumont via QUB radio :

Malheureusement, l’importance du feu a rendu les corps non identifiables, a rapporté le Dominica News Online qui précise que les autorités ont pu relier les Québécois en raison des preuves circonstancielles.

L’enquête a toutefois progressé rapidement, la police ayant arrêté trois suspects dans cette affaire, selon un autre média local, Dom767.

Dans un courriel envoyé à l’Agence QMI, Affaires mondiales Canada a expliqué être au courant «du décès présumé de deux citoyens canadiens en Dominique».

«Nous sommes de tout cœur avec les familles et les proches des citoyens canadiens concernés. Les autorités canadiennes continuent de suivre la situation de près, de collaborer avec les autorités locales et de fournir une assistance consulaire. Pour des raisons de confidentialité, aucune autre information ne peut être divulguée», a déclaré la porte-parole Marilyne Guèvremont.

En début de soirée dimanche, la ministre du Patrimoine canadien, Pascale St-Onge, a déclaré que «Daniel Langlois, visionnaire des technologies numériques et du cinéma, nous a quitté». La ministre a également rappelé que sa compagnie Softimage a notamment créé des images 3D pour des films comme Star Wars. «L’héritage qu’il nous laisse reflète son esprit novateur. Mes pensées vont à ses proches», a-t-elle écrit sur X.

Figure marquante du cinéma

Daniel Langlois avait fondé l’entreprise de logiciels pour films d’animation Softimage en 1986. Son but? Rendre accessible des outils technologiques tant à Hollywood qu’aux petits artisans du cinéma. 

L’entreprise s’est fait connaître grâce au film Le Parc jurassique en 1993, où, pour la première fois, il était impossible de distinguer le réel de l’animé. 

Les dinosaures du film, qui avaient été créés à même les logiciels de Softimage, étaient des animations 3D conçues par ordinateur et non pas des maquettes comme par le passé. 

Le créateur et informaticien avait ensuite vendu l’entreprise à Microsoft en 1994 pour 200 millions de dollars. Mais le siège social de l’entreprise était resté à Montréal. 

«Il faut prendre l’argent à Hollywood et l’amener ici», avait-il expliqué en entrevue au Devoir.

Les logiciels de Softimage ont été utilisés dans de nombreuses superproductions telles que Titanic, Le Seigneur des anneaux, Harry Potter et Pirates des Caraïbes

«J’ai eu plus d’influence dans le milieu du cinéma en créant des logiciels que si j’avais réalisé trois films», a-t-il indiqué en 1997, un an avant de céder son poste de président de Softimage.





M. Langlois a été honoré en novembre 2023 par le gouvernement de la Dominique. Photo publiée sur la page Facebook du premier ministre, Roosevelt Skerrit.

Mécène

Daniel Langlois a ensuite mis sur pied une fondation à son nom afin d’appuyer des projets artistiques et scientifiques qui ont un lien avec la technologie. 

Il a également conçu et financé le complexe de diffusion et de production de cinéma Ex-Centris en 1999, et cofondé le Festival du nouveau cinéma.

M. Langlois a été propriétaire de 2003 à 2019 du club privé 357c, rendu tristement célèbre lors de la Commission Charbonneau, où des rencontres liées à la corruption auraient eu lieu. 

«J’aurais pu construire une tour, mais je voulais donner un lieu unique à Montréal, créer un club privé moderne, luxueux et convivial. Et là, notre réputation est injustement attaquée», s’était-il alors défendu à La Presse.

Daniel Langlois s’impliquait depuis quelques années en Dominique, petite île des Caraïbes située entre la Guadeloupe et la Martinique. 

En plus d’être propriétaire d’un complexe hôtelier durable qui a remporté un Grand Prix du design l’an dernier, il a fondé une organisation non gouvernementale afin de reconstruire plusieurs communautés de l’île après le passage de l’ouragan Maria en 2017. 

Il a également acheté le sommet du mont Pinacle, en Estrie, afin de protéger sa faune et sa flore. 

Daniel Langlois a été nommé chevalier de l’Ordre national du Québec en 1999 et officier de l’Ordre du Canada en 2000. Il détient également des doctorats honorifiques des universités de Sherbrooke, McGill, Concordia, du Québec à Montréal et d’Ottawa.

– Avec l’Agence QMI

QUI ÉTAIT DANIEL LANGLOIS ? 

  • Né le 6 avril 1957 à Jonquière
  • Fondateur de Softimage, dont il a été le président et directeur technologique de 1986 à 1998
  • Softimage a été reconnue à travers le monde dans le domaine du cinéma, notamment pour l’usage des techniques d’animation 3D
  • En 1997, Daniel Langlois a obtenu un Oscar scientifique et technique de la part de l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences
  • Il a été nommé Chevalier de l’Ordre national du Québec en 1999 et de l’Ordre du Canada en 2000
  • Après le passage de l’ouragan Maria en 2017, qui a dévasté la Dominique, Daniel Langlois a lancé un programme, à travers une fondation qui porte son nom, pour soutenir la communauté locale face à des désastres naturels

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.





Voir la source