Une mère de l’Ohio, aux États-Unies, a révélé que son fils adolescent en bonne santé était à quelques heures de subir des lésions cérébrales après avoir été frappé par la même pneumonie que celle qui sévit en Chine et en Europe.

• À lire aussi: Hausse des cas de pneumopathies en France en raison d’une bactérie

• À lire aussi: Chine: que sait-on sur la hausse de maladies respiratoires?

• À lire aussi: La Chine ne rapporte aucun «pathogène nouveau ou inhabituel» lié à des maladies respiratoires

William McCarren, 14 ans, a été transporté d’urgence à l’hôpital mercredi après être rentré de l’école «en pleurant et en se tenant la poitrine», disant qu’il pouvait «à peine respirer», a raconté sa mère, Mollee Campbell, au DailyMail.

Il était très pâle et avait du mal à rester éveillé, il agissait comme s’il allait s’évanouir», a-t-elle ajouté.

Lorsqu’il est arrivé aux urgences, les médecins lui ont dit que les poumons de William étaient tellement remplis de liquide qu’ils privaient son corps et ses organes d’oxygène. Si son niveau d’oxygène était descendu plus bas, il aurait pu souffrir de lésions cérébrales, a détaillé sa mère en retenant ses larmes.

On a diagnostiqué chez William un mycoplasme, l’infection bactérienne au centre des épidémies de pneumonie en Chine et dans plusieurs pays européens. Il fait partie des quelque 140 enfants de la région du comté de Warren, dans l’Ohio, à être tombés malades de cette affection pulmonaire.

Les cas sont si nombreux qu’ils «répondent à la définition d’une épidémie», affirment des médecins. Les autorités sanitaires du comté de Warren ont déclaré jeudi qu’elles avaient traité un nombre «extrêmement élevé» d’enfants atteints de pneumonie, soit 145 cas depuis le mois d’août.

Le patient moyen est âgé d’environ 8 ans et aucun décès n’a été signalé, mais le nombre de patients est inhabituel.

Le mycoplasme est une infection bactérienne qui provoque des épidémies tous les cinq ans environ, mais qui fait rarement les gros titres parce que les cas sont bénins et les décès extrêmement rares.

La différence cette fois-ci, ont expliqué les experts au DailyMail, c’est que l’immunité des enfants est faible à la suite des confinements, des fermetures d’écoles et des obligations de port de masques.

L’infection bactérienne serait également à l’origine de l’épidémie en Chine qui a submergé les hôpitaux pédiatriques du Nord. 

Elle est également à l’origine de cas et de décès dans certaines régions d’Europe, notamment aux Pays-Bas et au Danemark.

Les médecins ont toutefois souligné que les épidémies n’étaient pas le résultat d’un transfert d’infections d’un pays à l’autre.





Voir la source