L'intérêt pour la présence de la formation de l'Ukraine au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec a ralenti, alors qu'une véritable frénésie avait soufflé sur la région l'an dernier et dans une moindre mesure sur toute la province , mais l'objectif derrière la salle des jeunes hockeyeurs demeure le même.

• À lire aussi : Tournoi pee-wee de Québec : une première poutine pour les jeunes Ukrainiens

• À lire aussi : Atteint de la paralysie cérébrale à la naissance, rien n'arrête un entraîneur de hockey de la région de Québec

• À lire aussi : Tournoi pipi : les petits Remparts sont humains (et n'ont que 12 ans)

Voilà un an jour pour jour (11 février), Team Ukraine Select faisait ses débuts au Tournoi pee-wee dans une enceinte remplie où les amateurs présents étaient vêtus de blanc en guise d'appui à l'Ukraine, qui subit toujours un an plus tard l'invasion de la Russie.

Crédit photo : Photo Didier Debusschère

Lors des hymnes nationaux, les petits Ukrainiens et les petits Bruins de Boston s'étaient réunis autour du cercle central en guise d'amitié et de paix. Une victoire de 3 à 1 a couronné le tout.

«En 2023, il y avait une effervescence qu'on ne retrouve pas cette année, a mentionné le gérant de l'équipe et grand responsable de leur salle à Québec, Sean Bérubé. Récemment, les nouvelles de la guerre en Ukraine nous parvenaient et les gens voulaient apporter leur soutien aux jeunes. C'était spécial.»

L'entraîneur-chef de la formation ukrainienne, Yevgeny Pysarenko note aussi la différence importante, mais il en tire aussi des aspects positifs. «C'est plus difficile pour Sean d'aller chercher des commandites parce que nous sommes moins présents dans les médias, mais les jeunes n'ont pas à vivre avec la pression de l'an dernier, at-il résumé. Ils peuvent se concentrer davantage sur le hockey.»

«Il y avait beaucoup d'attention et tout le monde parlait de l'Ukraine, de poursuivre Pysarenko, mais il y avait aussi beaucoup de pression sur les joueurs. Ça demeure un rêve pour les jeunes de venir au Canada et ils peuvent oublier la guerre et se sentir en sécurité pendant quelques semaines.»

L'objectif n'a pas changé

Un an plus tard, l'Ukraine est de retour dans un cadre beaucoup plus calme, mais il y a quelque chose qui n'a pas changé. « L'engouement est moins là, mais l'objectif de donner une pause aux jeunes en période de guerre est le même, a résumé Bérubé. Effervescence ou pas, notre motivation d'offrir une belle expérience aux jeunes ne change pas. On veut qu'ils puissent oublier l'instant de deux semaines les alertes d'attaque, les bombardements et la guerre.»

Du hockey-balle sur la rue de Moscou

Vendredi soir, les Ukrainiens ont disputé une partie de hockey-balle sur la rue de Moscou, en présence de Bonhomme Carnaval. La famille d'accueil a caché les panneaux et rebaptisé la rue « Druzhba », qui signifie « paix et amitié » en ukrainien et en russe. Tout le monde a passé une belle soirée. Bérubé et son bras droit, Olivier Hubert-Benoît, s'occupent de mission Druzhba. Une sortie à la cabane à sucre a aussi pimenté leur séjour depuis leur arrivée le 2 février. Si l'horaire est moins chargé que celui de l'an dernier, Team Ukraine Select sera reçue lundi à 15h au Consulat américain.

Crédit photo : Photo Didier Debusschère

Pour ce premier match disputé devant des gradins dégarnis en raison notamment de la forte compétition du Super Bowl, qui se déroulait au même moment, les Ukrainiens qui ont été promus dans la catégorie AA-Élite cette année se sont inclinés par la marque de 9 à 0 devant les Sélections de l'Est suisse.

Les appréhensions de Bérubé se sont avérées. «Nous étions un peu plus confiants l'an dernier dans le AA. Cette année, tous les joueurs sauf cinq s'entraînaient avec leur équipe en Ukraine. L'an dernier, la très grande majorité des joueurs avaient pu exercer dans des pays limitrophes avant de s'amener à Québec.»

VOIR LA SOURCE