La province exige que 10 % des médecins recrutés dans le cadre d'une campagne qui doivent faire venir 150 professionnels au Manitoba soient francophones, selon un contrat entre la province et Canadian Health Labs, obtenu par Radio-Canada grâce à une demande d'accès. à l'information.

En juillet dernier, le gouvernement progressiste-conservateur, alors au pouvoir, avait annoncé la signature de ce contrat afin d'attirer 150 médecins dans la province. Selon l'entente, 50 d'entre eux devront s'installer dans le nord de la province, 50 à Winnipeg, et 50 dans des régions rurales.

Dans l'accord initial signé le 24 juillet avec Laboratoires de santé canadiens, une agence de recrutement de Toronto qui travaille dans le domaine de la santé, aucune mention n'est faite du recrutement de médecins francophones. Une porte-parole de Soins communs affirmait pourtant, le jour de la signature, que c'était le cas.

Cependant, un avenant ajouté au contrat près d'un mois plus tard, le 15 août, stipulait : Dix pour cent des 150 médecins de famille requis doivent être bilingues en anglais et français.

10 % de médecins, une cible juste

C'est Soins communs qui a été responsable de publier l'appel d'offres, le 14 avril 2023. C'est aussi cette entité, qui chapeaute l'ensemble des services de santé au Manitoba, qui a déterminé que 15 des médecins recrutés tu devrais être bilingue.

L'objectif de 10 % a été fixé en fonction de la proportion de la population du Manitoba qui se considère comme francophone, explique un porte-parole de Soins communs. Selon les données de Statistique Canada tirées du recensement de 2021 (Nouvelle fenêtre)8,4 % des Manitobains ont une connaissance du français.

Source link