Sonia LeBel a soumis une proposition de règlement à la Fédération autonome de l’enseignement, afin de mettre un terme à la grève générale illimitée qui touche près de 40% des écoles.  

• À lire aussi: Situation «dramatique» dans nos écoles: deux fois plus de profs ont démissionné depuis quatre ans

• À lire aussi: «Même si on me donnait 1 M$ par année, je ne reviendrais pas», affirme une ex-enseignante

• À lire aussi: Grève générale illimitée: Québec et la FAE s’accusent mutuellement

«Hier soir, le gouvernement du Québec a soumis une proposition de règlement à la FAE. Nous nous sommes engagés à régler rapidement et cette proposition en est la démonstration», a affirmé la présidente du Conseil du trésor dans une déclaration écrite transmise aux médias mardi matin.

«Si celle-ci est acceptée, elle pourrait permettre d’améliorer concrètement les services aux élèves, les conditions d’exercice des enseignantes et viendrait répondre aux enjeux prioritaires portés par la FAE. Nous espérons un retour positif du syndicat sous peu», a-t-elle ajouté. 

Proposition verbale

La FAE confirme avoir reçu, tard hier soir, «une proposition verbale d’entente de principe exploratoire, à l’exception d’une annexe d’une page et demie». 

Le syndicat affirme avoir déposé quelques heures auparavant «une proposition concernant les demandes de la partie patronale liées à la souplesse et aux affectations, qui a été balayée du revers de la main par le gouvernement». 

«Ainsi, depuis ce matin, le Comité exécutif de la Fédération analyse la proposition verbale du gouvernement et convoquera sous peu l’instance syndicale pertinente pour discuter de la suite de la négociation, malgré l’absence d’un document écrit complet», écrit la FAE dans un bref communiqué. 

Négos difficiles

Ce nouveau développement survient au lendemain d’une mauvaise journée dans les pourparlers entre Québec et la FAE. 

Lundi, le cabinet de Sonia LeBel a reproché au syndicat de se montrer inflexible sur sa demande pour permettre plus de flexibilité. Québec souhaite attribuer l’essentiel des classes dès le printemps, plutôt qu’au moment de la rentrée scolaire. 

La présidente de la FAE avait rapidement qualifié cette sortie de «nuisible».

«À entendre la sortie qui a été faite ce matin, on peut imaginer qu’effectivement ce sera difficile d’arriver à une entente prochainement», avait déclaré Mélanie Hubert. 

Si jamais une entente survient cette semaine, les parents ne sont pas sortis du bois. Dès vendredi, le Front commun syndical, qui inclut les enseignants de la CSQ et du personnel de soutien, débutera une nouvelle série de grèves jusqu’au 14 décembre. 

La Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) a confirmé, mardi, qu’elle recevra également une nouvelle offre patronale en soirée. Toutefois, puisque qu’elle fait partie du Front commun pour les enjeux salariaux, la FSE serait tout de même en grève à compter de vendredi. 

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.





Voir la source