Les partisans des Blue Jays de Toronto sont aux aguets pendant que les rumeurs concernant Shohei Ohtani s’intensifient de jour en jour. 

• À lire aussi: Shohei Ohtani et les Blue Jays: ça devient de plus en plus sérieux

• À lire aussi: Shohei Ohtani : Un gros coup d’un DG québécois?

• À lire aussi: Un autre honneur pour Shohei Ohtani

Une éventuelle embauche du Japonais représenterait – et de loin – la plus grosse embauche du club canadien sur le marché des joueurs autonomes. S’il est encore beaucoup trop tôt pour célébrer l’arrivée d’un nouveau sauveur, permettons-nous de revivre les bons coups du passé.


Crédit photo : Mark O’Neill, Toronto Sun

Roger Clemens

En décembre 1996, le directeur général Gord Ash a convaincu le joueur autonome le plus en vue de faire le saut de l’autre côté de la frontière. Le lanceur Roger Clemens, récipiendaire de trois Cy-Young à l’époque, a paraphé un contrat de quatre ans, d’une valeur de 40 millions $, avec les Blue Jays.

Il est ainsi devenu l’artilleur le mieux rémunéré annuellement des ligues majeures. Clemens a d’ailleurs mérité tout cet argent pendant les deux premières années de son entente, les deux seules qu’il a finalement jouées avec la formation torontoise. Pendant celles-ci, il a mis la main sur deux autres Cy-Young.


Crédit photo : Greg Reekie/Toronto Sun/QMI Agency

Paul Molitor

Les Blue Jays de Toronto ont offert un contrat de trois ans et 13 millions $ au joueur d’avant-champ Paul Molitor pendant la saison morte de 1992, seulement quelques semaines après avoir remporté la première Série mondiale de son histoire.

Molitor a simplement été fantastique en 1993, recevant au passage une invitation pour le match des étoiles et un Bâton d’argent, en plus de finir deuxième au scrutin du joueur par excellence dans l’Américaine.

Le natif de St. Paul a aussi permis aux Blue Jays de remporter un deuxième championnat de suite, lui qui a été sacré joueur par excellence de la Série mondiale.

Molitor a également été très bon pendant les deux autres années de son contrat avec les Jays.


Crédit photo : Getty Images via AFP

Dave Winfield

Un an avant la signature de Molitor, l’organisation de la Ville Reine a aussi réalisé un coup de génie sur le marché des joueurs autonomes en offrant une entente d’un an et de 2,3 millions $ à Dave Winfield. Le vétéran de 39 ans avait 18 ans d’expérience dans le baseball majeur, mais n’avait jamais remporté les grands honneurs. Le voltigeur a remédié à cette situation lors de son bref mais prolifique passage à Toronto en 1992.


Crédit photo : AFP

Russell Martin

C’est en 2015 que les Blue Jays ont terminé au sommet de la section Est de la Ligue américaine pour la dernière fois. Cette saison s’était amorcée par la signature d’un certain Russell Martin. Le receveur avait paraphé une entente de cinq ans et de 80 millions $.

Le Québécois n’a pas été au sommet pendant l’entièreté de son contrat, mais il a été excellent pendant son premier tour de piste dans l’uniforme torontois. En 2015, Martin a établi des records de concession chez les receveurs pour les circuits (23), les points inscrits (76) et les points produits (77).



VOIR LA SOURCE