Ils n’avaient jamais vécu l’inflation. Les Québécois de 18 à 45 ans viennent de connaître un baptême brutal et voilà qu’ils sont 75% à reporter ou à annuler de gros projets.  

• À lire aussi: Les jouets usagés prisés par les familles à l’approche de Noël

• À lire aussi: La dinde au prix du caviar pour le repas de Noël?

• À lire aussi: Changements climatiques: le prix des sapins naturels pourrait continuer de grimper

«On parle de l’achat d’une maison, de faire un bébé ou d’adopter un chien», lance Maly Charbonneau, de la firme Welcome Spaces. 

L’entreprise de Repentigny, qui fait le pont en ligne entre les gens et des CPA, des planificateurs financiers, des assureurs ou des courtiers hypothécaires, a réalisé un sondage pour prendre le pouls financier des jeunes Québécois.

Résultat: le temps des Fêtes sera plus modeste cette année. 

Ils sont aussi 34% à prévoir dépenser moins de 100$ en cadeaux cette année (73% prévoient de réduire la liste de ceux à qui ils en offriront). 

«Plus d’un jeune sur trois – 38% – va augmenter ses dettes à Noël», s’inquiète Mme Charbonneau. 





Maly Charbonneau


photo tirée de LinkedIn

Autre donnée alarmante: 24% des jeunes de 18 à 45 ans vont réduire leurs dépenses à l’épicerie, l’année prochaine.

«Il y a clairement un problème quand on commence à couper sur les besoins de base comme l’alimentation», observe la jeune professionnelle. 

Bref, les temps sont durs, comme on pouvait s’y attendre après plus de deux ans d’inflation. 

Faut le savoir

Les Québécois gagneraient à être davantage éduqués financièrement. «J’ai un bac en finances et il me manque plein de bouts. On ne parle pas assez d’argent à l’école au Québec», lance Mme Charbonneau. 

Comment les gens peuvent-ils se sortir de leurs dettes s’ils n’ont pas les outils pour le faire? 

Ces lacunes en littératie financière en poussent plusieurs dans les bras d’entreprises mal intentionnées, dit-elle.





capture d’écran tirée de Facebook

«La fraude est en augmentation, les gens se font prendre par des malfaiteurs qui profitent de leur détresse financière», assure-t-elle. 

Autre exemple: des pages Facebook qui offrent des prêts à tout le monde, «quand bien même au chômage ou sur l’aide sociale». 

Que le client demande un prêt de 1000$ ou de 70 000$, révèle Mme Charbonneau, l’entreprise facture 352$ de «frais d’administration». 

La page Facebook Stop Dettes n’est pas liée à l’entreprise StopDettes.ca, qui offre des solutions d’endettement. 

Le tout peut vite devenir mêlant et la vigilance est de mise quand on cherche des façons de se sortir de pépins financiers. 

LES FAITS SAILLANTS DU SONDAGE AUPRÈS DES JEUNES QUÉBÉCOIS

Une fausse perception de l’ampleur de l’inflation

  • 55% des jeunes affirment vivre une inflation supérieure à 5% ! Dont 20% affirment vivre une inflation de plus de 10%.

Une plus forte attention aux prix

  • 94% affirment porter davantage attention aux prix de leurs achats.
  • 87% mentionnent qu’il leur arrive plus souvent de reporter un achat pour attendre les soldes.

Grands projets sacrifiés pour une forte majorité

  • 75% des répondants affirment qu’en raison de l’inflation, ils devront reporter ou annuler d’importants projets de vie.

Forcés de dépenser moins pour les Fêtes

  • 31% prévoient réduire leur budget des fêtes cette année.

Un niveau de vie en baisse

  • 54% ont vu leur niveau de vie baisser par rapport à la situation antérieure à la pandémie. Moins de 10% des personnes ont vu leur niveau de vie augmenter.

Souvent moins de 100 $ de cadeaux

  • 34% prévoient dépenser moins de 100 $ en cadeaux cette année. 

Les programmes de fidélisation bien plus populaires

  • 72% ont davantage utilisé les programmes de fidélisation en magasin cette année. 

Les choix alimentaires affectés par l’inflation

  • 86% mentionnent qu’il leur arrive plus souvent de modifier leurs choix alimentaires pour économiser que dans le passé.

Des dettes d’après fêtes pour plusieurs

  • 38% pensent accroître leurs dettes en raison des dépenses liées au temps des Fêtes. 

Une réduction des dépenses en 2024

Pourcentage de personnes interrogées qui devront réduire ce type de dépenses au cours de la prochaine année.

  • 24% Épicerie
  • 61% Restaurants
  • 48% Sorties et Loisirs
  • 31% Café
  • 31% Voyage
  • 39% Vêtements et cosmétiques

Moins de noms sur la liste de cadeaux

  • 73% prévoient de réduire la liste des personnes à qui ils offriront des cadeaux cette année.

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

À voir aussi : 

Voir la source