Le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette, et le juge en chef de la Cour du Québec, Henri Richard, se sont entendus mercredi dans le cadre du litige sur l’exigence de bilinguisme des candidats à la fonction de juge.

L’entente reconnaît que la nomination des juges relève du gouvernement et que l’assignation des juges de la Cour du Québec relève de son juge en chef, en vertu de l’indépendance judiciaire.

L’entente prévoit qu’une proportion de juges bilingues sera exigée dans certaines régions et certains districts judiciaires de la province.

À Montréal, par exemple, 90 % des juges devront maîtriser la langue de Shakespeare, tant en chambre criminelle et pénale, en chambre de la jeunesse et en chambre civile.



Voir la source