Le lac Manicouagan est désormais jugé comme étant le lac le plus profond du Québec, mais il sera difficile de se rendre au bord de ses rives pour le contempler puisqu’il est situé tout au fond du réservoir Manicouagan, sur la Côte-Nord. 

Le lac atteint une profondeur maximale de 320 mètres, ce qui représente 40 mètres de plus que le précédent record, selon le professeur au Département de géographie de l’Université Laval et chercheur au regroupement Québec-Océan, Patrick Lajeunesse.

Le lac était situé près d’un cratère formé il y a 214 millions d’années par la chute d’une météorite. Depuis, la construction du barrage Daniel-Johnson dans les années 1960 a créé le réservoir Manicouagan, qui recouvre également le lac Mouchalagan.

«La hausse du niveau d’eau qui a suivi la construction du barrage a fait en sorte que les rives de ces deux lacs se trouvent maintenant à plus de 130 mètres sous la surface du réservoir», a expliqué le chercheur.

M. Lajeunesse et son équipe ont pu réaliser des relevés dans la partie du réservoir située au-dessus du lac.

«On pense qu’en raison de la profondeur du lac, les sédiments n’auraient pas été perturbés lors des dernières glaciations», a-t-il expliqué. «En théorie, on pourrait donc utiliser ces sédiments comme archives pour étudier les changements climatiques, les changements environnementaux et les séismes survenus depuis des centaines de milliers d’années.»

Au fond du lac, les experts ont pu observer distinctement des arbres et des arbustes «toujours debout», mais aussi des ruisseaux et des plages «tels qu’ils étaient avant la mise à l’eau».

«Si nous avions les ressources, nous pourrions faire de la cartographie à haute résolution et utiliser des robots sous-marins pour étudier les habitations saisonnières que les Innus de Pessamit avaient établies sur les rives du lac Manicouagan», a précisé le professeur.


Voir la source