Ouah. Juste wow. Ava DuVernay’s Origine, basé sur le livre à succès d’Isabel Wilkerson « Caste », est un examen saisissant du racisme systémique à l’échelle mondiale. Puissant, émouvant et beau, Origine est facilement l’un des meilleurs films de l’année.

Aunjanue Ellis-Taylor offre une performance fantastique dans le rôle d’Isabel Wilkerson, lauréate du prix Pulitzer, qui est enrôlée pour écrire sur le racisme systémique après le meurtre de Trayvon Martin. Origine la suit dans ses recherches sur le sujet, révélant des liens directs entre l’Allemagne nazie, les lois Jim Crow et le système des castes indien, tout en faisant face à ses propres difficultés personnelles.

Origine m’a frappé d’une manière à laquelle je ne m’attendais pas. Je ne suis pas le public le plus émotif – je ne pleure pas pendant les films et je trouve ça bizarre quand les gens le font – mais ce film est l’un des films les plus puissants émotionnellement de la décennie. Si cela ne vous donne pas de coups de poing au moins quelques fois, alors vous êtes peut-être un sociopathe. Mieux encore, ce n’est ni manipulateur émotionnel ni mélodramatique ; DuVernay aborde le matériau avec grâce, maturité et sophistication.

Le film est magnifique à regarder et est souvent envoûtant. DuVernay est ici au sommet de son art, le talent pour lequel elle est connue correspond parfaitement au matériau.

Ouah. Juste wow.

Révision par Erik Samdahl, sauf indication contraire.





Voir la source