Au début de la pandémie de la covid-19, on se surpenait de voir que pendant que les humains se cachaient, les animaux sauvages reprenaient le contrôle de leur territoire.  

Une étude publiée dans le magazine Science rapporte qu’à l’occasion des confinements, l’étendue de leur parcours aurait augmenté de 73%, tout simplement parce qu’il n’était plus perturbé par les humains et surtout leurs voitures. 

L’occasion idéale de réfléchir à l’impact de la construction des routes sur la faune et la flore. 

  • Écoutez Sophie Croteau et Charles Trahan dans le balado En 5 Minutes:   

Tous les jours,

. 





Voir la source