Si Simon Lachance a tiré sur un motocycliste qui «venait de lui couper la route», c’est que des hallucinations causées par ses symptômes psychotiques lui dictaient de le faire afin de faire de lui «un surhomme qui aurait œuvré pour la bonne cause».

• À lire aussi: Un motocycliste blessé par balle à Beauport, un suspect arrêté

C’est la conclusion à laquelle le Dr Sylvain Faucher en est venu en évaluant le jeune homme qui avait 21 ans au moment des faits.

Le 19 juillet 2022, des voix ont dicté à Lachance que la moto qui roulait devant lui sur le boulevard Sainte-Anne était «une nouvelle cible». Il avait eu dans les jours précédents le même genre d’appel, ne passant jamais à l’acte. Dans son rapport, le psychiatre explique que Lachance aurait cette fois-ci «validé avec les policiers par télépathie» qu’il devait bien abattre la cible.





Guy Martel/Agence QMI

 

Arrêté à un feu de circulation, il sort son fusil de calibre .12 tronçonné et tire sur la victime. 

Durant son arrestation dans les minutes qui suivent, l’accusé n’aurait pas eu peur, croyant qu’il serait «couvert» pour son geste. À son arrivée à la prison d’Orsainville, il se croira plutôt arrivé dans une bâtisse où il rejoint «les autres candidats».

Requête en accusé à haut risque

Pour toutes ces raisons, le psychiatre a recommandé que l’accusé soit non responsable criminellement de ses gestes. Ses proches avaient remarqué que son état se dégradait les dernières années, symptômes qui coïncidaient avec l’augmentation de sa consommation de dérivés de cannabis. 

Le médecin conclut que l’homme comprenait la nature des gestes, mais n’était pas en mesure de déterminer si ceux-ci étaient bons ou mauvais.

Le juge de la Cour supérieure, Carl Thibault, s’est rangé à ses arguments, d’autant plus que l’expert mandaté par la Couronne arrivait à des conclusions semblables.

Simon Lachance demeurera pour le moment détenu à l’Institut universitaire en santé mentale de Québec, mais la couronne déposera une requête afin de le faire déclarer «délinquant à haut risque».

La procédure est la même que celle engagée dans le dossier de Kim Lebel, non criminellement responsable du meurtre de son voisin.

«Aux prises avec une problématique de schizophrénie», «capable de grande sophistication», «agressif et violent», les arguments au soutien de cette requête sont nombreux, selon le ministère public.

«Il y a une probabilité marquée que l’intimé usera de violence de façon qu’il pourrait mettre en danger la vie ou la sécurité d’une autre personne», plaide Me Villemaire.

Blessures sérieuses

Si les croyances de Simon Lachance étaient bien loin de la réalité, les torts qu’il a causés à la victime, eux, sont bien réels. 

Atteint au bas du dos, l’homme a passé quatre semaines à l’hôpital, où on lui retirera «plus d’une centaine de plombs».



Motocycliste atteint par balle en pleine rue: l’accusé non responsable criminellement


Guy Martel/Agence QMI

Selon le procureur de la couronne, si l’homme s’en est tiré, c’est grâce à sa position assise sur sa moto, ainsi qu’à son sac muni d’un renforcement dans le dos.

Le dossier de Lachance a été reporté au 2 février prochain pour que soit fixée la date de l’audience sur la requête en accusé à haut risque.

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.





Voir la source