Les clients de la Caisse de dépôt et placement du Québec s’inquiètent de son indépendance en raison du mandat sur le réseau structurant dans la capitale. Le gouvernement Legault et la haute direction de la CDPQ tentent depuis de les calmer.

• À lire aussi: Julien défend la «démarche constructive» de son gouvernement pour un réseau structurant

• À lire aussi: Pause du projet de tramway: les citoyens veulent être entendus par la Caisse

Au début du mois de novembre, la CDPQ a accepté un mandat du gouvernement Legault afin d’analyser quel serait le meilleur projet de transport collectif pour la Communauté métropolitaine de Québec.

Cette entente a surpris les principaux clients de la caisse qui investissent 400 milliards $ dans le bas de laine des Québécois (voir encadré).

De grandes «inquiétudes» sur l’indépendance de la caisse ont envahi ceux qui gèrent à coup de milliards les fonds de retraite des Québécois. 

Le retrait du projet de tramway d’entre les mains de la Ville de Québec a créé de l’incertitude dans un secteur qui aime les prévisions et les rendements. 

«Il y a des inquiétudes», confirme une source gouvernementale. 





PHOTO TIRÉE DE X @francoislegault

Les fonds des 48 déposants comprennent des régimes de retraite et d’assurance publics et parapublics du Québec. Ils représentent plus de 6 millions de Québécois. 

La CDPQ gère ces fonds en promettant de saisir «les meilleures occasions d’investissement en visant une performance optimale».

Selon nos informations, le grand patron de la CDPQ, Charles Emond, et celui de la CDPQ Infra, Philippe Batani, ont convié les clients à une rencontre virtuelle le 29 novembre dernier pour tenter de les calmer. 

Craintes

Une quarantaine de personnes auraient participé à cette rencontre. 

Au menu: les inquiétudes sur la nature du mandat confié à la CDPQ Infra et le modèle économique envisagé par la caisse pour ce projet. Des comparaisons avec l’échec du mandat du REM de l’est de Montréal auraient aussi été soulevées. Le contexte économique et les taux d’intérêt actuels rebuteraient aussi les déposants.

Le PDG Charles Emond aurait répondu lui-même aux questions posées. L’objectif était d’expliquer les principes qui guident la caisse dans la réalisation du projet. 

Sans parler des craintes, la caisse admet qu’elle a dû organiser une rencontre pour discuter de ce mandat. «C’était important pour nous de répondre à leurs questions sur ce projet qui génère beaucoup d’intérêt», a relaté la directrice des relations médias de la CDPQ, Kate Mofette.

Selon nos informations, le PDG aurait tenu à rappeler qu’il s’agissait, pour l’instant, d’un «mandat d’étude» octroyé en vertu d’une entente-cadre avec le gouvernement. 

La CDPQ aura le dernier mot, aurait-il confié. Elle irait de l’avant avec un projet d’investissement seulement s’il y a une opportunité d’affaires pour ses clients.

Des investissements

Rappelons qu’en 2020, la CDPQ est devenue l’actionnaire le plus important d’Alstom, grâce à un investissement de 4 G$ provenant de ses déposants.



De grandes inquiétudes chez les clients de la CDPQ en raison du mandat sur le réseau structurant de Québec


Courtoisie Ville de Québec

Avant l’arrêt du projet, la Ville de Québec venait de signer un contrat avec l’entreprise spécialisée dans le secteur des transports ferroviaires de 569 M$ pour le matériel roulant du tramway, incluant 34 rames de la gamme Citadis. 

L’incertitude autour de ce contrat titille aussi les déposants. Pour le moment, 5 millions $ ont été versés par la Ville de Québec à Alstom, mais depuis l’arrêt du projet, le contrat est au neutre, ce qui inquiète les actionnaires.

L’assemblage des rames devrait se faire à l’usine de La Pocatière. 

LES PRINCIPAUX CLIENTS DE LA CDPQ

Fonds d’amortissement des régimes de retraite

Fonds du Régime de rentes du Québec, régimes de base et supplémentaire

Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics

Régime supplémentaire de rentes pour les employés de l’industrie de la construction du Québec

Fonds de la santé et de la sécurité du travail

Fonds des générations

Fonds d’assurance automobile du Québec

Régime de retraite du personnel d’encadrement

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.





Voir la source