Depuis qu’il a été sélectionné à la surprise générale par les Packers au repêchage de 2020, Jordan Love connaît un parcours très semblable à celui de son prédécesseur, Aaron Rodgers. Voilà qu’il procure une grosse dose d’espoir à Green Bay, surtout que les statistiques après 12 matchs sont étrangement similaires entre les deux quarts-arrières.

• À lire aussi: NFL: L’attaque des Patriots se réveille

• À lire aussi: Les Patriots de 2023: l’une des pires équipes de l’histoire de la franchise

Avant même d’aborder le départ «Rodgersesque» de Love sur le terrain, il faut se pencher sur l’étonnante concordance qui définit le début de parcours des deux joueurs.

En 2005, les Packers jetaient leur dévolu sur Aaron Rodgers avec le 24e choix au repêchage, même s’ils misaient à l’époque sur une légende au poste de quart en Brett Favre. Ce dernier avait remporté trois fois le titre de joueur le plus utile et une fois le Super Bowl.

  • Écoutez le balado La Zone payante ci-dessous:

En 2020, les Packers jetaient leur dévolu sur Jordan Love avec le 26e choix au repêchage, même s’ils misaient à l’époque sur une légende au poste de quart en Aaron Rodgers. Ce dernier avait alors remporté trois fois le titre de joueur le plus utile et une fois le Super Bowl.

Après trois ans à le confiner au banc et à l’observer à l’entraînement, les Packers ont décidé en 2008 que Rodgers, à 24 ans, devait devenir le maestro de leur attaque. La recette identique s’est répétée avec Love cet automne, après trois ans sur le banc, à 24 ans.

Des chiffres similaires


Crédit photo : Getty Images via AFP

La comparaison ne s’arrête certainement pas là. Il est carrément étrange de constater à quel point les deux quarts-arrières présentent des statistiques quasiment identiques après leurs 12 premiers matchs respectifs dans l’uniforme des Packers.

À cette étape de sa carrière, Rodgers avait réussi 257 de ses 404 passes (63,6%) pour 2897 verges, avec 20 passes de touchés et 10 interceptions.

Love, pour sa part, a réussi 250 de ses 408 passes (61,3%) pour 2866 verges, avec 22 passes de touchés et 10 interceptions.

Le coefficient d’efficacité (QB rating) de Rodgers était de 91,2, tandis que celui de Love est de 90,2. En gros, on peut presque parler d’une copie carbone pour les deux quarts en termes de chiffres.

Comme le dirait Charles Tisseyre avec éloquence, c’est fascinant! Pourtant, il n’y a rien de scientifique dans cette envoutante symétrie. 

Les séries dans la mire


Crédit photo : Getty Images via AFP

Là où la courbe de la première année entre Rodgers et Love montre une première asymétrie, c’est dans la trajectoire de la saison des Packers en 2008 et 15 ans plus tard.

Après sept matchs lors de sa première année comme partant, Rodgers donnait espoir aux partisans et l’équipe présentait une fiche de 4-3. Les séries semblaient un objectif réaliste.

Après sept matchs cet automne, Love se cherchait et avec un dossier de 2-5, les séries apparaissaient inaccessibles.

Or, les Packers de 2008 avaient bouclé la saison avec sept défaites en neuf matchs pour terminer à 6-10, loin du tournoi de janvier.

Chez les Packers de 2023, la tendance inverse semble se dessiner. Les Packers ont non seulement remporté leurs trois derniers matchs, mais Love a été fumant avec huit passes de touchés et aucune interception. 

Ce boulot a été accompli contre deux équipes gagnantes sur les trois, les Chiefs et les Lions. 

Jusqu’à la semaine 8, Love montrait une moyenne plutôt anémique de 6 verges par passe tentée, n’atteignant jamais une moyenne d’au moins 7 verges dans un match. Depuis, sa moyenne a grimpé à 7,9 verges par passe tentée et il n’a jamais fait moins que 7,2 dans un match. 

Il est facile de constater à quel point il commence à prendre confiance en ses moyens, malgré un très jeune groupe de receveurs. Cinq ailiers espacés sont des joueurs de deuxième année ou des recrues!

Vraiment, il est temps de donner du «Love» au quart-arrière des Packers, comme aiment le dire les jeunes.

SEMAINE 14


MON CHOIX

  • Nouvelle-Angleterre à Pittsburgh STEELERS


MES CHOIX

  • Tampa Bay à Atlanta (13h) FALCONS
  • LA Rams à Baltimore (13h) RAVENS 
  • Detroit à Chicago (13h) LIONS
  • Indianapolis à Cincinnati (13h) BENGALS
  • Jacksonville à Cleveland (13h) BROWNS
  • Caroline à La Nouvelle-Orléans (13h) SAINTS
  • Houston à NY Jets (13h) TEXANS
  • Minnesota à Las Vegas (16h05) VIKINGS
  • Seattle à San Francisco (16h05) 49ERS
  • Buffalo à Kansas City (16h25) BILLS
  • Denver à LA Chargers (16h25) BRONCOS
  • Philadelphie à Dallas (20h20) COWBOYS


 

MES CHOIX

  • Tennessee à Miami (20h15) DOLPHINS
  • Green Bay à NY Giants (20h15) PACKERS

*Équipes en congé: Cardinals, Commanders

RÉSULTATS DE LA SEMAINE DERNIÈRE: 8 en 13 (61,5%)

TOTAL CETTE SAISON: 126 en 193 (65,3%)

LES CHOIX DU JOURNAL

Buccaneers de Tampa Bay (5-7) vs Falcons d’Atlanta (6-6)

UNE DÉFENSE QUI ÉTONNE


Crédit photo : Getty Images via AFP

Avant le début de la saison, personne n’aurait misé sur la défense des Falcons pour qu’elle transporte l’équipe. Pourtant, celle-ci n’a pas concédé de touché sur les 24 dernières possessions de ses adversaires, la plus longue séquence active dans la NFL. Cette défense est septième pour les points accordés, deuxième sur les troisièmes essais et première dans la zone payante. Les Falcons ont déjà battu les Bucs plus tôt cet automne et une autre victoire les éliminerait presque de la course dans la division. 

Rams de Los Angeles (6-6) vs Ravens de Baltimore (9-3)

RETOUR SUR TERRE


Crédit photo : Getty Images via AFP

Les Rams continuent de surprendre avec trois victoires de suite, dont deux contre des équipes qui étaient dotées de fiches gagnantes au moment du duel. Les Ravens seront toutefois frais et dispos à la suite de leur semaine de congé. Ils n’ont pas donné plus de 200 verges par la passe depuis le 22 octobre. Si les Rams ont une chance, c’est avec leur porteur Kyren Williams. Car même si les Ravens sont solides en défense, ils ont tout de même donné plus de 125 verges au sol à cinq reprises. C’est la défense des Rams qui ne tiendra pas le coup. 

Lions de Detroit (9-3) vs Bears de Chicago (4-8)

DANGER: TRAVERSE D’OURS!


Crédit photo : Getty Images via AFP

Les Lions savent qu’il ne faut pas prendre les Bears à la légère. Dans le dernier affrontement entre les deux rivaux de division il y a deux semaines, les Ours menaient par 12 points avec quatre minutes à jouer avant de s’effondrer. Les Lions continuent d’être une vraie passoire en défense, eux qui, malgré la victoire, ont donné 362 verges aux Saints, privés pendant une partie du match de leur quart-arrière. Le match a lieu à Chicago, ce qui pourrait limiter l’attaque aérienne des Lions dans le froid et le vent. Victoire, Lions, mais pas facile… 

Colts d’Indianapolis (7-5) vs Bengals de Cincinnati (6-6)

BROWNING IMPRESSIONNE


Crédit photo : Getty Images via AFP

Est-ce que le quart-arrière substitut Jake Browning, devenu partant des Bengals par la force des choses, pourra rééditer ses exploits de lundi (32 en 37, 354 verges)? La défense des Colts a montré des dents en limitant ses quatre derniers rivaux à une moyenne de 172 petites verges aériennes. Mais attention! Qui étaient ces quatre fameux rivaux? Les tristes Panthers, les moroses Patriots, les inconstants Buccaneers et les Titans sans ligne offensive. La fiche de ces quatre équipes est de 12-37, donc attendons avant de célébrer les Colts… 

Jaguars de Jacksonville (8-4) vs Browns de Cleveland (7-5)

GRAND FLOU…


Crédit photo : Getty Images via AFP

Les Browns ne révèlent pas s’ils confieront le ballon à Joe Flacco ou Dorian Thompson-Robinson, remis de sa commotion. Chez les Jaguars, on ne sait pas non plus si CJ Beathard prendra la relève de Trevor Lawrence, blessé à une cheville. Même si Lawrence devait jouer, ça s’annonce difficile. Les Browns sont premiers de la ligue en défense. Jusqu’ici, les Jags ont affronté deux équipes du top 5 en défense et ont inscrit un grand total de 12 points dans ces duels face aux Chiefs et aux 49ers, avec leur quart-arrière vedette. Bonne chance, si c’est CJ… 

Panthers de la Caroline (1-11) vs Saints de La Nouvelle-Orléans (5-7)

PAS JUSTE LA FAUTE DE YOUNG


Crédit photo : Getty Images via AFP

Plusieurs lancent la pierre au quart-arrière recrue Bryce Young. Vrai que le pivot des Panthers n’impressionne pas, mais l’équipe a échangé son meilleur receveur, il n’y a pas de jeu au sol et la ligne offensive n’est pas crédible. Young a été victime d’au moins quatre sacs dans huit matchs et les Panthers sont en voie de concéder 66 sacs, tout près du record d’équipe de 69. Heureusement, les Saints sont 31e au chapitre des sacs avec 19. L’attaque des Saints sera privée de Derek Carr, mais elle fera le nécessaire. 

Texans de Houston (7-5) vs Jets de New York (4-8)

REVOILÀ WILSON!


Crédit photo : Getty Images via AFP

L’expérience Tom Boyle est déjà terminée chez les Jets. Le quart-arrière a mené l’attaque à un maigre touché en 18 séquences offensives. Zach Wilson revient, mais peu importe qui lance le ballon dans cette attaque misérable, les Jets revendiquent quatre petits touchés sur leurs 88 dernières poussées. En ce moment, cette attaque ne serait peut-être même pas capable de battre un œuf. Les Texans sont privés du receveur recrue Tank Dell pour le reste de la saison, mais Nico Collins s’illustre. 

Vikings du Minnesota (6-6) vs Raiders de Las Vegas (5-7)

LE RETOUR DE JEFFERSON


Crédit photo : Getty Images via AFP

Le receveur extraordinaire Justin Jefferson revient d’une longue absence. Il n’a pas joué depuis le 8 octobre et il sera intrigant de le voir aux côtés de Jordan Addison, qui a pris du galon. Josh Dobbs obtiendra une autre chance après les deux matchs vraiment difficiles qui ont eu lieu avant la semaine de congé. La présence de Jefferson lui procure une option de luxe. L’attaque des Raiders n’a pas inscrit plus de 17 points lors des trois matchs avant la pause de la semaine dernière. 

Seahawks de Seattle (6-6) vs 49ers de San Francisco (9-3)

L’ÉQUIPE DE L’HEURE


Crédit photo : Getty Images via AFP

Après un passage à vide en milieu de saison, les 49ers sont redevenus le club de l’heure. Ils ont non seulement battu de grosses équipes gagnantes comme les Eagles, Cowboys, Jaguars et Seahawks, mais les ont massacrées. Les Seahawks ont perdu leurs quatre derniers duels face aux Niners par un pointage moyen de 30 à 14. Les gains offensifs ont aussi été à l’avantage clair des Niners (490 contre 261). En carrière face aux Seahawks, Christian McCaffrey a amassé 165 verges de la ligne de mêlée en moyenne. 

Bills de Buffalo (6-6) vs Chiefs de Kansas City (8-4)

TOUJOURS UN CLASSIQUE!


Crédit photo : AFP

Les duels Bills contre Chiefs ne sont jamais ennuyants, même si les deux équipes montrent une fiche de 2-3 à leurs cinq derniers matchs. Malgré les ratés des Bills, Josh Allen joue mieux dernièrement et face aux Chiefs, en carrière, il revendique 14 passes de touchés contre seulement deux interceptions, avec 276 verges par match. L’attaque des Chiefs se cherche davantage que celle des Bills. La défense des Chiefs, solide depuis le début de l’année, a concédé des touchés sur les deux premières possessions de ses deux plus récents adversaires. 

Broncos de Denver (6-6) vs Chargers de Los Angeles (5-7)

DES CHARGERS EN PANNE


Crédit photo : Getty Images via AFP

On a longtemps louangé l’attaque des Chargers en implorant leur défense de faire mieux, mais c’est le monde à l’envers ces temps-ci. L’attaque est au neutre avec seulement 36 points comptés lors des trois derniers matchs. Justin Herbert n’a lancé que trois passes de touchés dans cette séquence difficile. En carrière face aux Broncos, son dossier est plutôt mitigé avec trois victoires et trois revers, en plus de cinq interceptions. La défense des Broncos a connu quelques ratés la semaine dernière, mais tient généralement son bout. 

Eagles de Philadelphie (10-2) vs Cowboys de Dallas (9-3)

CHOC DE DIVISION


Crédit photo : Getty Images via AFP

Le gagnant de ce duel pourrait potentiellement se sauver plus tard avec les honneurs de la division Est. À leurs trois derniers matchs, les Eagles ont concédé au moins 145 verges au sol. Quelque chose cloche avec la défense, qui espère rebondir avec l’ajout du secondeur Shaquille Leonard. Le quart des Cowboys Dak Prescott a lancé 14 passes de touchés à ses quatre derniers chocs contre les Eagles. Son équipe a dominé le dernier duel, mais les Eagles avaient trouvé le moyen de l’emporter. Les Cowboys sont 6-0 à la maison avec une moyenne de 41 points. 

Titans du Tennessee (4-8) vs Dolphins de Miami (9-3)

ÇA FRAPPE DE PARTOUT


Crédit photo : Getty Images via AFP

Le dernier match a été difficile pour les Titans avec plusieurs blessés, dont le plaqueur Jeffery Simmons. Sans lui, les Dolphins risquent de courir à leur guise avec Raheem Mostert et De’Von Achane. Il y a bien sûr l’attaque aérienne qui est toujours en feu, mais la défense des Dolphins mérite également qu’on lui donne de l’amour. Dans les six derniers matchs, les rivaux ont été limités à moins de 300 verges de gains. Pour en revenir à l’attaque, Tyreek Hill gagne 123,4 verges par match, soit plus que Calvin Johnson (122,8) à sa saison record en 2012. 

Packers de Green Bay (6-6) vs Giants de New York (4-8)

PACKERS EN ASCENSION


Crédit photo : Getty Images via AFP

Soudainement, les Packers se retrouvent dans le portrait des séries. Ils montraient une fiche de 3-6 à la mi-saison, mais voilà que le dernier billet disponible dans la conférence nationale leur reviendrait si les choses ne changent pas. C’est de bon augure puisqu’en cinq saisons à la barre, Matt LaFleur montre une fiche parfaite de 16-0 dans les matchs en décembre. Les Giants les attendent avec le quart Tommy DeVito, même si Tyrod Taylor est prêt à revenir. L’attaque aérienne a été limitée à moins de 200 verges à neuf reprises. 



Voir la source