Alors qu’une nouvelle grève du front commun a débuté vendredi, s’ajoutant à la grève générale illimitée des syndicats de la FAE qui en est à sa 12e journée, l’ensemble des élèves des écoles publiques du Québec n’iront pas à l’école au cours des prochains jours.

• À lire aussi: Milieu scolaire paralysé: le Front commun évoque la grève générale illimitée

• À lire aussi: La FAE va déposer une nouvelle contre-offre

• À lire aussi: Grève générale illimitée: les négociations avec les enseignants s’accélèrent

Plusieurs parents du Québec se demandent donc ce qu’ils peuvent faire avec leur enfant tout en travaillant, notamment, au cours de cette période.

En entrevue au TVA Nouvelles, la psychoéducatrice et conférencière Stéphanie Deslauriers conseille tout d’abord aux parents à ne pas être trop difficile envers eux-mêmes en ces temps particuliers.

«J’ai l’impression que ça nous ramène beaucoup en 2020, avec la première vague de confinement lors de laquelle on ne se sentait pas suffisamment présent au travail et pas suffisamment présent comme parent, dit-elle. Donc je pense que c’est nécessaire qu’on diminue nos exigences sur tous les fronts.»

Les écrans peuvent également être une avenue à utiliser avec précaution.

«Ce n’est pas une période dite normale, donc on peut se permettre peut-être un petit peu plus d’écrans, avance-t-elle. Autrement, il fait beau, on peut aller jouer dehors. On peut aussi solliciter nos enfants pour nous aider, que ce soit pour pelleter, pour faire des tâches ménagères ou peut-être pour cuisiner quelque chose.»

«C’est dans ces activités-là aussi en mesurant ou en mélangeant qu’on est quand même dans l’acquisition et dans la consolidation de certaines connaissances au niveau cognitif, donc on n’est pas trop loin de tout l’aspect scolaire et académique», ajoute Mme Deslauriers.

La psychoéducatrice recommande également les livres.

Pour les parents qui sont occupés par exemple à travailler de la maison, les écrans peuvent encore une fois être une solution, dépendant de qui se trouve sur ceux-ci.

«Ça dépend du contenu qui est consommé, avance la conférencière. On peut avoir des jeux comme par exemple Minecraft, où l’on peut construire des choses, donc il y a quelque chose aussi qui est intéressant au niveau cognitif et créatif. Peut-être qu’ils écouteront aussi plus de films de Noël.»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus





Voir la source