Plusieurs urgences d’hôpitaux de la province affichent des taux d’occupation dépassant les 130%, samedi.

• À lire aussi: Agence Santé Québec: Dubé impose le bâillon pour adopter sa réforme

L’achalandage est à son comble dans les établissements de santé, principalement à Montréal, dans les Laurentides, dans Lanaudière et en Montérégie.

240%, 206%, 177%… la situation dans les urgences, vers 8 h, occasionnait beaucoup de «problèmes», selon un spécialiste en médecine interne.

Dr Yves Parent, qui pratique dans les Laurentides, explique que l’offre de service est insuffisante dans la région qui connait une forte croissance de population.

L’Hôpital de Mont-Laurier enregistrait d’ailleurs le plus haut taux d’occupation dans les urgences du Québec.

«Ce n’est pas un secret de polichinelle, parce que les urgences un peu partout au Québec, mais particulièrement dans les Laurentides, sont hyper occupées. La région des Laurentides, c’est celle qui a le plus de croissance démographique. Les gens essaient de faire du mieux qu’ils peuvent, mais on parle de problèmes de support au niveau de la radiologie, des techniciens», a soulevé le spécialiste en médecine interne à l’Hôpital de Saint-Jérôme.





TVA Nouvelles

La grève en cause?

Alors que les professionnels en soins de la FIQ seront en grève du 11 au 14 décembre, la partie syndicale tient à se faire rassurante.

Les services essentiels à la population seront maintenus, confirme-t-on.

«Les temps de grève diminuent à partir de demain, justement pour pallier au fait de l’effet cumulatif de la grève […] si on regarde les journaux antérieurs de l’année dernière, l’année précédente, les dix, vingt dernières années, c’est toujours plein», défend Sonia Bureau, vice-présidente du syndicat catégorie 4 au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

Pour connaitre les taux d’occupation et temps d’attente dans les urgences de votre hôpital, consultez le lien suivant.





TVA Nouvelles

Pour connaitre tous les détails, écoutez le reportage de notre journaliste dans la vidéo au début du texte.





Voir la source