L’initiative des troupes conservatrices de Pierre Poilievre de retarder les travaux parlementaires par le débat et le vote d’une série d’amendements visant à abolir la taxe sur le carbone a vivement fait réagir le Bloc Québécois et son chef, Yves-François Blanchet.

• À lire aussi: «Une vraie honte de parler de la sorte des Madelinots!»: Diane Lebouthillier rouge de colère à la Chambre des communes

Un véritable marathon de travaux parlementaires, qui s’est échelonné durant la nuit, était la stratégie de Pierre Poilievre pour que Justin Trudeau «supprime définitivement sa taxe sur le carbone pour les agriculteurs, les Premières Nations et leurs familles», a écrit le chef conservateur sur X.

«Les députés bloquistes, néo-démocrates et libéraux pleurent des larmes de crocodile, parce que l’obstruction à la taxe carbone leur a coûté une nuit de sommeil», a-t-il renchéri.

Ces messages publiés sur X ainsi que la tactique du Parti conservateur du Canada ont déplu à Yves-François Blanchet.

Ce dernier accuse le chef du PCC d’être «fâché» et d’avoir paralysé les travaux de la Chambre des Communes.

«Ce type est irréel», a-t-il dit. «Il fait une grosse baboune et garde tout le monde réveillé toute la nuit. Et ça ne change rien du tout.»

Dans la nuit du 7 au 8 décembre, Pierre Poilievre s’est déplacé au Parlement pour livrer des repas McDonald’s à ses députés siégeant la nuit.

Le politicien qui trône au sommet des sondages revenait d’un déplacement à Dollard-des-Ormeaux, où il a participé à une fête juive, Hanouka.

Selon un sondage Léger, Poilievre peut compter sur des appuis estimés à 25% au Québec.





Voir la source