Un éducateur de 34 ans est accusé du meurtre non prémédité d’un bambin de 18 mois, qui avait été retrouvé gravement blessé cette semaine dans un service de garde à L’Assomption.

• À lire aussi: Bambin retrouvé mort à L’Assomption: son éducateur de service de garde arrêté pour homicide

• À lire aussi: Bambin mort dans un service de garde en milieu familial à l’Assomption: l’enfant présentait de sérieuses blessures à l’arrivée des services d’urgence

Tomy Carranza Ladry a comparu samedi par visioconférence depuis un poste de police.

Lors de son passage devant le tribunal, le trentenaire, abrillé d’une couverture grise, affichait divers signes de nervosité. À la lecture du chef d’accusation de meurtre au deuxième degré qui pèse contre lui, il a été incapable de cacher sa stupéfaction. 

Carranza Ladry a même éclaté en sanglots à plus d’une reprise, couvrant son visage de ses deux mains.

Graves blessures

La Sûreté du Québec, qui le suspectait depuis le début de cette affaire, lui a passé les menottes vendredi.

Rappelons qu’un appel au 911 avait d’abord été fait mardi, concernant un garçon en mauvais état dans un milieu de garde familial, rue Labonté. 

À l’arrivée des services d’urgence, celui-ci souffrait de blessures importantes et a été conduit d’urgence à l’hôpital. Son petit corps présentait des traces de violence évidentes, notamment à la tête, indiquaient nos sources.

Pas de plainte

Il a succombé à ses blessures quelques heures plus tard.

Selon nos informations, des gens de l’entourage de Tomy Carranza Ladry avaient dernièrement soulevé des doutes auprès des instances responsables sur le métier qu’il occupait, plus précisément sur le fait qu’il «ne devrait pas s’occuper de jeunes enfants».

Le ministère de la Famille a confirmé qu’aucune plainte officielle n’avait été déposée. Le service de garde de Carranza Ladry était reconnu et subventionné par les autorités, mais elles ont immédiatement suspendu son permis lors du déclenchement de l’enquête. 

Le résident de Notre-Dame-de-Lourdes n’a aucun antécédent judiciaire, selon nos recherches. Son dossier reviendra devant le tribunal le 14 décembre, au palais de justice de Joliette. 

Une ordonnance de non-publication empêche la diffusion de tout renseignement permettant d’identifier la victime.

– Avec Frédérique Giguère

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.





Voir la source