La campagne d’entraide organisée pour soutenir les enseignants en grève a permis de récolter en quelques heures entre 28 000$ et 30 000$ en dons. L’engouement est tel que les organisateurs songent à répéter l’opération dans les jours précédant Noël.

• À lire aussi: «Un peu de douceur»: des collectes pour les enseignants en grève

Le sommaire «partiel» de la campagne fait état de 26 600$ récoltés uniquement via des cartes-cadeaux, peut-on lire sur le groupe Facebook de l’initiative. Avec ces dons, au moins 578 familles ont pu être aidées.

«Mais c’est clair qu’on dépasse ça», avance la cofondatrice du groupe, Geneviève Groleau, qui est également enseignante au primaire affiliée à la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) dans la région de l’Outaouais. «Si on compte les voitures remplies de nourriture, on doit facilement atteindre les 28 000$ ou 29 000$ en dons.»





De la nourriture, des cartes-cadeaux et des jouets pour les enfants ont été distribués aux enseignants en grève sans salaire depuis deux semaines.


CAPTURE D’ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Mme Groleau fait état de l’ambiance «particulière» et «très forte en émotion» dans les centres de dons partout dans la province.

«[Certains enseignants] ont eu de la misère à entrer dans les postes de distribution. C’était très malaisant pour eux», raconte-t-elle. «Ça démontre clairement la précarité des enseignants. C’est quand même juste deux semaines sans salaire!»

L’enseignante a tenu à souligner l’organisation «en seulement quatre jours» de l’initiative, notamment par les coordonnateurs Jean-François Proulx et Marie-Josée Lavoie.

Sur le groupe Facebook de l’initiative, les demandes d’aide étaient par ailleurs très nombreuses, entre autres d’enseignantes enceintes en retrait préventif et sans salaire ou de couples de jeunes enseignants qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts.

Une autre vague de dons avant Noël

Or, la solidarité était au rendez-vous au point où les organisateurs songent à répéter l’opération quelques jours avant Noël.

Cet élan de générosité est, selon Mme Groleau, teinté par des «craintes pour le réseau [de l’éducation] de manière générale.»

«Un père est venu porter des dons avec sa fille qui étudie au baccalauréat en enseignement et il ne voulait pas qu’elle désespère pendant ses études», illustre l’enseignante.

Entre-temps, les négociations se poursuivent entre la FAE et le gouvernement du Québec. Une contre-offre des enseignants pourrait être déposée prochainement

De son côté, le Front commun poursuit sa semaine de grève et a évoqué dimanche matin la possibilité d’une grève générale illimitée.

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.


Voir la source