Un homme de Nouvelle-Écosse fait l’objet de 64 accusations, dont la plupart à caractère sexuel, pour au moins 17 victimes. 

Paul Theriault JR, 45 ans, a été arrêté mercredi par les enquêteurs de plusieurs agences, dont des membres de l’unité provinciale de trafic d’êtres humains de la Nouvelle-Écosse, des policiers du service de police régional de Cap-Breton et des agents de la division néo-écossaise de la Gendarmerie royale du Canada.

Cette arrestation est le résultat d’une enquête démarrée en 2021, alors que plusieurs victimes avaient rapporté qu’un homme ciblait les femmes dans la région de Cap-Breton, a fait savoir la Gendarmerie royale du Canada vendredi, par voie de communiqué.

Au cours de l’enquête, les enquêteurs ont découvert des preuves établissant que des femmes avaient été filmées sans leur consentement et que ces vidéos avaient été publiées et vendues en ligne.

Au total, 17 personnes se sont manifestées pour parler d’évènements survenus entre 2008 et 2023, mais elles pourraient être plus nombreuses, selon les enquêteurs.

«Grâce aux efforts réunis dans cette enquête collective, nous avons été capables de mettre un frein à des comportements très inquiétants pour la sécurité des gens dans notre communauté», a déclaré le Chef de la police régionale de Cap-Breton, Robert Walsh.

M. Theriault fait donc l’objet de deux chefs d’accusation pour trafic d’humains, trois chefs pour avoir obtenu des services sexuels contre rémunération, quatre pour avoir communiqué dans le but d’obtenir des services sexuels, deux pour proxénétisme, dix pour agression sexuelle, onze pour la publication d’images intimes sans le consentement, un pour agression sexuelle ayant causé des blessures, quatre pour voyeurisme, un pour extorsion et un pour interférence sexuelle.

L’homme est également accusé de deux chefs pour possession de pornographie juvénile, onze pour trafic de substances, six pour avoir administré une substance nocive, quatre pour avoir leurré un enfant grâce aux télécommunications, un pour invitation à un toucher sexuel et un pour possession non autorisée d’arme interdite.

M. Theriault a été entendu en cour jeudi et demeure en détention jusqu’à sa prochaine apparition le 12 décembre.





Voir la source