Je ne sais pas si c’est drôle ou triste, mais, avec un contrat de 700 M$, Shohei Ohtani est une aubaine. 

Avec ses gains, il pourrait devenir propriétaire majoritaire de neuf équipes du baseball majeur et 22 de la LNH. Mais c’est une aubaine. 

La saison dernière, 11 équipes du baseball majeur ne donnaient même pas autant d’argent à leurs 26 joueurs réguliers que ce que les Dodgers vont donner seulement à Ohtani cette année. Mais c’est une aubaine. 

En argent canadien, le phénomène japonais va gagner 261 000$ par jour, ou 10 800$ par heure ou encore 3$ de la seconde. Même quand il ne joue pas. Même quand il fait dodo. Même quand il se passe la soie dentaire. Même quand il essaie une recette de sauce spaghetti. Mais c’est une aubaine. 

C’est le plus gros contrat de l’histoire du sport en Amérique du Nord. Mais c’est une aubaine. 

Pourquoi? Parce que si l’on regarde l’apport d’Ohtani de façon très factuelle, à 70 M$ par année, il est sous-payé. 

C’est environ 76 M$ qu’il aurait dû recevoir. 

Sa valeur

Il faut considérer sa valeur tant comme lanceur que comme frappeur. 

Comme lanceur, Gerrit Cole touche 36 M$ par année, et ce depuis trois ans. Ohtani retire plus souvent des frappeurs que lui. Les frappeurs ont aussi une meilleure moyenne au bâton contre Cole qu’Ohtani. Mais Cole lance plus souvent et a plus de prises. Il faut aussi considérer que la première des dix années, il ne lancera pas. Il faut donc retrancher un an de salaire comme lanceur sur les dix années du contrat. Il faut aussi considérer que Justin Verlander et Max Scherzer gagnaient 43 M$ pour un an l’an dernier, et ce à 41 et 39 ans. C’est fou, mais ça peut avantager Ohtani qui aura 39 ans à la fin de son contrat. Considérant qu’Ohtani est de plus en plus dominant chaque année au monticule et qu’il risque d’être le meilleur lanceur au monde à partir de 2025, il pouvait demander 40 M$ par année. C’est sans oublier que, dans cinq ans, avec l’augmentation des salaires, il ne sera assurément pas le lanceur le mieux payé avec 40 M$. Donc 9 ans à 40 M$ = 360 M$. 

Concernant sa valeur comme frappeur, ce n’est pas simple. Mais 44 circuits en 135 matchs en 2023, ça se paie cher. Ohtani est déjà parmi les meilleurs frappeurs au monde et il le restera longtemps. Le hic, c’est qu’il sera principalement frappeur désigné. Aaron Judge gagne 40 M$, mais c’est un solide voltigeur. Mike Trout en gagne 36, mais il peut tout faire sur le terrain. Corey Seager en touche 35, mais il joue à l’arrêt-court, une position-clé. Mais considérant qu’il frappe déjà plus que Judge, je crois qu’Ohtani pouvait exiger 40 M$ par année. Sur 10 ans, c’est 400 M$. 

Au total, c’est donc 760 M$ que vaut Ohtani sur 10 ans. Évidemment, il risque de ne pas valoir 76 M$ à 37,38 et 39 ans. Mais il risque d’en valoir plus à 32, 33 et 34 ans.  

Et pour convaincre les Dodgers de lui offrir une telle somme, l’équipe peut se rassurer en se disant qu’Ohtani peut apporter un 20 M$ additionnel par année grâce aux commandites, ventes de marchandise et revenus à la billetterie, a indiqué le chercheur Vince Gennaro, auteur du livre : The Economics of Winning in Baseball, à Bloomberg. 

Dépenser pour gagner

Les Dodgers valent 4,5 G$ US. Seuls les Yankees valent plus. L’équipe californienne présente des revenus d’environ 14 M$ par année, selon Forbes, ce qui n’est pas élevé malgré leurs dépenses énormes (240 M$ en masse salariale). Mais c’est la façon de faire dans le baseball majeur, beaucoup plus que dans la LNH. Les propriétaires dans les gros marchés dépensent sans compter pour gagner. 

Je pense aux Rays de Tampa Bay qui valent environ le contrat d’Ohtani et qui paient tous leurs joueurs 52 M$. Chaque année, les Rays font des miracles pour rester au sommet. C’est donc une autre claque dans la face pour les petits marchés qui n’auront bientôt aucune chance de gagner, même s’ils peuvent parfois passer proche. Les Rays vont essayer d’aller chercher une perle rare à 4 M$ par année pour solidifier leur équipe. Ça peut marcher, mais, à un moment donné, l’argent finit par avoir raison. 



VOIR LA SOURCE