L’Azerbaïdjan et le Brésil seront les hôtes des prochaines conférences de l’ONU sur le climat, respectivement en 2024 et 2025, une décision adoptée lundi à Dubaï par la COP28.

• À lire aussi: COP28: un nouveau projet d’accord sans «sortie» des énergies fossiles rendu public

L’Azerbaïdjan, dont l’économie dépend fortement des exportations de pétrole et de gaz, comme les Emirats arabes unis, le pays où ont lieu les actuelles négociations sur le climat, accueillera la COP29 du 11 au 22 novembre prochains.

Ce pays du Caucase a franchi un obstacle majeur la semaine dernière lorsque l’Arménie, son rival historique, a annoncé qu’elle retirerait sa propre candidature pour organiser la Conférence sur le climat de 2024 et qu’elle soutiendrait celle de son voisin à un moment où Erevan et Bakou cherchent à améliorer leurs relations.

En septembre, l’Azerbaïdjan a repris à l’issue d’une guerre-éclair le Haut-Karabakh, une enclave contrôlée par des Arméniens de souche pendant trois décennies.

Quant au Brésil, l’un des dix premiers producteurs mondiaux de pétrole, il a proposé d’héberger en Amazonie la COP30, qui se déroulera du 10 au 21 novembre 2025.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva s’est engagé à réduire à néant d’ici à 2030 la déforestation dans son pays qu’il a positionné en tant que champion en matière de protection des forêts, tout en faisant avancer son projet d’adhésion à l’Opep+.

Lula a déclaré au cours de la COP28 qu’il demanderait aux producteurs de pétrole de se préparer à «réduire» la place des énergies fossiles.





Voir la source