Nouvelle volte-face du gouvernement Legault. Après avoir lancé une grande offensive de construction de CPE préfabriqués au printemps, puis annulé l’opération en septembre, Québec relance le projet. 

• À lire aussi: La ministre Suzanne Roy dépose un projet de loi pour serrer la vis aux garderies problématiques

Trois mois presque jour pour jour après avoir fait une croix sur la réalisation de 43 installations modulaires permanentes à travers la province en raison de l’explosion de la facture, le ministère de la Famille vient de contacter les CPE pour leur proposer la construction… de garderies préfabriquées.  

«Malheureusement, souligne le gouvernement dans sa missive, […] [les efforts passés] n’ont pu donner les résultats attendus. Il n’en demeure pas moins que le mode de construction en préfabriqué reste d’un grand intérêt, surtout dans le contexte actuel de ralentissement du marché de la construction.»

«Grande frustration»

Ce nouveau revirement a été accueilli avec consternation par bon nombre de CPE. Plusieurs d’entre eux, impliqués dans l’aventure depuis 2021, ont dû se retrousser les manches rapidement et démarrer un nouveau projet conventionnel de création de places après la pirouette du gouvernement en septembre dernier.  

«Chez eux, la grogne est perceptible, il y a une grande frustration, admet le directeur général de l’Association québécoise des CPE, Sandro Di Cori. C’est deux ans qui ont été perdus.»  

À l’origine, c’est l’AQCPE qui avait eu cette idée de recourir au préfabriqué pour construire plus rapidement des installations de qualité, en partenariat avec le gouvernement.  

Des retards

L’organisme estime toujours que l’usiné modulaire est un mode de construction d’avenir si l’on veut livrer des bâtiments pour accueillir des enfants dans des délais raisonnables. Il entend donc collaborer avec le ministère de la Famille. Mais la pénurie de places est criante dans plusieurs régions, et des délais additionnels affectent grandement les parents du Québec, insiste le DG.  

«Ce sont des délais qui ne se calculent pas en jours, pas en semaines, mais en mois et maintenant en années, souligne Sandro Di Cori. On veut que le réseau de CPE se complète, c’est important que ce soit des places de CPE de qualité, parce que c’est ça que les parents veulent, mais là, on multiplie les retards.» 

Une vitrine, puis un catalogue

Le nouveau projet de conception de CPE préusinés de la ministre Suzanne Roy se décline cette fois en deux phases.  

Dans un premier temps, un petit nombre de garderies préfabriquées seront construites et feront office de «vitrine» permettant au fabricant choisi de «démontrer ses capacités». Ensuite viendra un «catalogue de préachat d’installations» modulaires permanentes dans lequel les CPE pourront magasiner le modèle de bâtiment qui correspond le mieux à leurs besoins.

Le projet initial lancé en grande pompe au printemps dernier devait mener à la création de nouveaux bâtiments dans 13 régions permettant d’accueillir chacun entre 52 et 99 enfants. Au total, cette nouvelle vague de construction de CPE devait créer 3214 nouvelles places. 

Cette fois, c’est la réponse des entreprises soumissionnaires qui dictera la suite, fait-on valoir au cabinet de la ministre Roy. «Le nombre de projets, de places et de régions visées ne peut pas être déterminé à ce stade-ci, précise son attachée de presse, Catherine Pelletier. Le plus sera le mieux.»  

Dans l’appel d’intérêt destiné aux compagnies de préfabriqué, on souligne que le «potentiel maximal de projets pouvant être standardisés» est de 84 projets pour un peu plus de 6500 places.  

Le gouvernement de la CAQ avait promis de créer 37 000 nouvelles places subventionnées d’ici 2024-2025. Mme Pelletier assure que l’objectif est maintenu.   

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.





Voir la source