La ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly a indiqué que le Canada appuierait éventuellement un « système de responsabilisation » pour enquêter sur la conduite militaire d’Israël dans sa guerre avec le Hamas.

Elle n’a toutefois pas précisé les contours de ce système de responsabilisation.

Mme Joly s’est exprimée sur le sujet à l’émission Power & Politics (Nouvelle fenêtre), à CBC, lundi soir.

Depuis l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre dernier, le Canada a soutenu avec constance le droit d’Israël à se défendre conformément au droit international.

L’animateur de Power & Politics, David Cochrane, a demandé à Mme Joly comment le Canada percevait la campagne militaire israélienne à la lumière de rapports de groupes humanitaires qui affirment qu’Israël viole le droit international et du nombre croissant de morts à Gaza.

Je pense qu’au cœur de notre politique étrangère depuis la Seconde Guerre mondiale se trouve le droit d’Israël à exister, qui est fondamental, et en même temps, la protection des civils. Et il est clair qu’il existe actuellement des tensions entre ces deux priorités, a-t-elle dit.

En fin de compte, bien sûr, nous soutiendrons toute forme de système de responsabilisation […] au niveau international qui examinerait cette question.

Elle avait donné une réponse similaire la semaine dernière à l’émission 24•60 sur ICI RDI, où elle a évoqué de futures enquêtes qui vont certainement avoir lieu sur ces questions-là [les bombardements des populations civiles, NDLR].

Je pense que la façon dont Israël se comporte à Gaza est importante. Pourquoi? Parce que nous devons nous assurer que les civils palestiniens soient mieux protégés. À l’heure actuelle, nous en sommes à 18 000 civils et soldats palestiniens qui ont été tués – 70 % de ces personnes étaient des femmes et des enfants. Ce qui se passe actuellement est donc très préoccupant, a-t-elle souligné à Power & Politics.

Contactée par CBC News, l’ambassade d’Israël au Canada a refusé de commenter les déclarations de Mme Joly.

En novembre, Volker Türk, le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, a déclaré qu’Israël et le Hamas avaient tous deux commis des crimes de guerre. (Nouvelle fenêtre) Il a souligné les atrocités perpétrées par le Hamas le 7 octobre et a dénoncé la punition collective imposée par Israël aux civils palestiniens.

Israël nie violer le droit international et affirme que son armée ne vise pas délibérément les civils. L’État hébreu affirme que c’est le Hamas qui met les civils en danger, en menant ses opérations à partir d’infrastructures civiles telles que des hôpitaux ou des écoles.

Qu’en est-il du cessez-le-feu?

L’Assemblée générale de l’ONU devrait voter mardi sur un projet de résolution non contraignant exigeant un cessez-le-feu humanitaire immédiat entre Israël et le Hamas.

Ce vote survient après que les États-Unis ont opposé, vendredi dernier, leur veto à une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies appelant à un cessez-le-feu humanitaire immédiat à Gaza.

Interrogée sur ce vote qui devrait avoir lieu mardi, Mme Joly a indiqué que des discussions sont en cours sur la position que le Canada prendra.

Des bâtiments démolis par des raids israéliens.

Une vue des destructions à Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza

Photo : Getty Images / Ahmad Hasaballah

Nous examinons toujours les différentes versions de la résolution. Nous négocions. Différents amendements sont en cours de discussion. J’aurai donc plus à dire demain sur cette question précise, a-t-elle dit.

Nous devons nous assurer que la violence cesse. Le cycle de violence n’aide pas la sécurité d’Israël à long terme et nous devons nous assurer que la manière dont Israël se comporte est conforme au droit international.

En octobre, le Canada s’est abstenu de voter sur une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies appelant à une trêve humanitaire immédiate, durable et soutenue après avoir échoué à faire amender la résolution incluant une condamnation explicite des attaques du Hamas du 7 octobre.

Avec les informations de CBC



Voir la source