Les lundis se suivent et se ressemblent en Estrie où plus de 20 000 abonnés d’Hydro-Québec ont été, à nouveau, plongés dans le noir.

La région cumulait, à elle seule, les deux tiers des Québécois qui étaient privés d’électricité au moment d’amorcer la semaine, lundi matin.

Comme ç’a été le cas lors des deux précédents lundis, ce sont les citoyens de la MRC de Memphrémagog qui ont particulièrement écopé.

Certains élus commencent d’ailleurs à en avoir assez. Le maire d’Ayer’s Cliff, Simon Roy, est excédé et qualifie la situation d’inacceptable.

Il estime qu’Hydro-Québec a fait preuve d’un manque de vigilance et qu’elle aurait pu mieux se préparer à l’arrivée de l’hiver.

Lors des deux pannes subséquentes, les citoyens ont été sans électricité pendant près d’une vingtaine d’heures.

À Eastman, la mairesse Nathalie Lemaire se fait moins dure et critique à l’endroit de la société d’État, elle qui se dit consciente de l’ampleur des travaux d’entretien auxquels ses équipes sont confrontées.

Des citoyens commencent toutefois à s’inquiéter de la récurrence des bris de service.

Le maire d’Ayer’s Cliff entend s’attaquer à la question lors de la prochaine réunion de la MRC. Il envisage même de prendre des recours contre Hydro-Québec qui charge 41 cents par jour à chaque abonné en frais d’accès au réseau.
Cet argent pourrait servir à constituer un fonds d’urgence pour ses citoyens, majoritairement des aînés. C’est qu’il craint les conséquences si des pannes prolongées devaient survenir dans les prochains mois de l’hiver, à des températures beaucoup plus froides que celle d’aujourd’hui.

Voir la source