Alors que la plupart des Québécoises et des Québécois se préparent à fêter Noël en famille, des enfants vont passer les Fêtes seuls… encore une fois. C’est malheureusement la triste réalité de nombreux enfants de la DPJ. 

• À lire aussi: Une jeune de la DPJ est déterminée à déjouer les statistiques et à réaliser son rêve d’être avocate

Pour leur apporter un peu de la magie de Noël, plusieurs intervenants et intervenantes ont choisi de passer le 24 décembre avec eux plutôt qu’avec leur famille.

«Des enfants n’auront pas de sorties et n’auront pas de visites pendant le temps des Fêtes», a affirmé la marraine de la Fondation des jeunes de la DPJ, Nancy Audet.

La marraine de la Fondation des jeunes de la DPJ explique à Benoit Dutrizac la triste réalité de vivre en centre jeunesse, via QUB radio :

Pas question pour la journaliste de rester les bras croisés. Mme Audet a lancé un appel à l’aide sur les réseaux sociaux pour combler le souhait d’une douzaine de jeunes : aller voir Illumi, l’exposition lumineuse qui se trouve à Laval.

«La réponse a été extraordinaire», a-t-elle avancé au micro de Benoit Dutrizac, via QUB radio.

Non seulement l’organisation d’Illumi a immédiatement promis de fournir les billets demandés par Mme Audet, mais elle s’est également engagée à fournir tous les billets qui seront nécessaires pour que le plus d’enfants qui résident dans un centre jeunesse puissent voir l’exposition pendant les Fêtes.

«Ma fonction dans la vie, c’est d’amener un peu de lumière dans ce monde», a expliqué Normand Latourelle, le créateur d’Illumi et de Cavalia.

Malgré cette excellente nouvelle, Nancy Audet a rappelé la triste réalité des enfants de la DPJ.

«Vous ne savez pas le nombre d’enfants qui attendent avec leur petit sac et leur petite valise dans l’escalier pendant une heure, deux heures, et le parent ne vient jamais», a-t-elle déploré.

Pour vous impliquer comme bénévole, ou pour faire un don, rendez-vous sur le site de www.fondationjeunesdpj.ca


Voir la source