Les partisans du Canadien de Montréal profitent du joyau qu’est Cole Caufield, mais celui-ci ne serait pas arrivé là où il est actuellement sans son ancien entraîneur-chef Tony Granato. 

Malheureusement, le dernier cité se bat actuellement contre un lymphome non hodgkinien et Caufield a voulu lui apporter tout son soutien dans cette épreuve difficile.

• À lire aussi: Hockey: Tony Granato souffre d’un cancer

• À lire aussi: Les attaquants du CH: dans la cave de la LNH pour les buts marqués

• À lire aussi: Le CH est-il en avance sur son plan?

«J’ai appris ça après le match [face aux Predators de Nashville dimanche], a-t-il déclaré selon des propos relayés mercredi par le journaliste du réseau Sportsnet, Eric Engels. Je n’en avais aucune idée. Évidemment, je lui ai envoyé un message et il n’y a pas de mots, mais c’est juste dommage de voir une personne comme lui devoir faire face à ça.»

Le numéro 22 du CH a d’ailleurs rappelé que les deux individus étaient toujours très proches, même si cela fait désormais plus de deux ans qu’il n’a pas été dirigé par Granato.

«Il m’envoie un message dès que je marque ou dès qu’une bonne chose se passe, a poursuivi Caufield. On parle beaucoup et c’est en majorité pas par rapport au hockey. C’est bien d’avoir une personne comme ça à tes côtés. C’est quelqu’un sur lequel j’ai compté et c’était plutôt agréable.»

Deux grosses années

Pour rappel, Caufield a évolué sous les ordres de Granato durant deux saisons avec les Badgers de l’Université du Wisconsin, de 2019 à 2021. Le talentueux ailier a amassé 49 buts et 39 mentions d’aide pour 88 points en 67 matchs.

Celui qui a fait scintiller la lumière rouge à sept reprises cette saison avec le Tricolore s’est d’ailleurs rappelé à quel point Granato l’avait fait grandir, surtout en tant qu’être humain.

«Les deux années que j’ai passées avec lui étaient plus par rapport à la vie; le hockey n’était pas second mais probablement 1B. On a eu tellement de conversations par rapport à être heureux, aimer ce qu’on fait, arriver à l’aréna avec une bonne attitude.»

«Je pense que les leçons étaient plus par rapport au fait de constituer une équipe, et ça m’a pris deux ans pour mettre en perspective qu’il était un enseignant pour moi, un entraîneur mental.» 





Voir la source